Le magazine de la vie politique

erosion_penestin_2020_sylvestre_leroy_brgm

126 communes dont notamment Cassis et Eze menacées par l’érosion

Le gouvernement a publié les noms des 126 communes françaises qui auront l’obligation de s’adapter en priorité à l’érosion du littoral

Aggravée par le réchauffement climatique et la pression humaine, l’érosion côtière est un risque de plus en plus surveillé par les autorités. D’où la publication d’une liste de 126 communes françaises qui devront s’adapter en prenant en compte une liste de nouvelles contraintes d’urbanisme qui ne font pas l’unanimité…

Avec le recul du

trait de côte sur environ un cinquième du littoral français (hors Guyane) selon l’indicateur national de l’érosion côtière, la loi Climat et Résilience de 2021 prévoit de nouvelles dispositions pour les communes en première ligne face à la montée du niveau de la mer et la multiplication des tempêtes et des submersions marines. Les maires devront réaliser des cartes du risque de recul du littoral à 30 ans et 100 ans, carte qui servira de base à de nouvelles règles d’aménagement du territoire, allant jusqu’à des interdictions de construire.

Dans un premier temps donc, 126 communes sont concernées, en métropole et dans les Outre-mer, selon la liste publiée samedi au Journal officiel, qui sera révisée au moins tous les neuf ans. La majorité sont situées sur les côtes atlantique et de la Manche (notamment 41 en Bretagne, 16 en Normandie, 31 en Nouvelle-Aquitaine) mais quelques-unes sont situées au bord de la Méditerranée.

Selon les chiffres officiels, 864 communes sont plus particulièrement vulnérables aux submersions marines, phénomènes d’inondation temporaire des zones côtières par la mer, notamment lors des tempêtes, qui vont augmenter avec la hausse du niveau de la mer provoquée par le réchauffement climatique. Et 1,5 million d’habitants vivent dans ces zones inondables littorales. On a laissé beaucoup trop construire sur le littoral » et les nouvelles dispositions « ne sont pas adaptées aux enjeux..

Celles des 126 communes n’ayant pas encore de plan de prévention des risques littoraux devront réaliser la cartographie de l’évolution du trait de côte à 30 et 100 ans. « Ça m’intéressait de connaître les points de vulnérabilité de la commune et de pouvoir dire à la population « Attention on est sur des zones très sensibles.

Dans les zones exposées à l’horizon de 30 ans, les nouvelles constructions seront interdites, mais avec des exceptions pour l’extension de bâtiments existants ou l’installation de services publics et de nouvelles activités nécessitant la « proximité immédiate » de la mer. Les zones à l’horizon 100 ans restent constructibles, avec à terme une obligation de démolition quand la menace se rapprochera.

Pour permettre aux autorités locales de lancer ce nouvel aménagement du territoire, une ordonnance publiée début avril précise les moyens d’acquisition par les pouvoirs publics de biens menacés et crée un nouveau type de bail octroyé par l’État ou les communes pour des terrains, locaux commerciaux ou encore parcs de loisirs dans la bande concernée (bail de 12 à 99 ans avec résiliation anticipée en fonction de l’érosion).

Mais l’Association nationale des élus du littoral regrettent certains flous juridiques qui laissent présager de nombreux contentieux, susceptibles de nuire à l’atteinte des objectifs affichés. Certains responsables locaux s’interrogent aussi sur les nouvelles contraintes imposées aux plans locaux d’urbanisme et pointent du doigt des questions de financement. Les avancées qui découlent en restent principalement au niveau du porté à connaissance du risque.

Collioure et Èze sur nos côtes

L’immense majorité des 126 communes pointées par le gouvernement dans cette liste concerne le littoral atlantique et celui de la Manche, mais quelques-unes sont répertoriées le long des côtes méditerranéennes. Ainsi, Collioure (Pyrénées-Orientales), Fleury (Aude) et Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault) devront aussi se plier aux nouvelles contraintes qui leur seront désormais imposées. Dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la commune de Cassis est également citée de même que le village d’Èze, dans les Alpes-Maritimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

La 5e édition du salon des maires à Salon-de-Provence

Les 119 maires et des élus locaux des Bouches-du-Rhône ont rendez-vous le jeudi 29 septembre de 9h à 17h30 à l’espace Charles Trenet de Salon-de-Provence …

Lire la suite →
A la Une

Les maires sont invités à participer à la Journée nationale citoyenneté et fraternité du 15 octobre 2022

L’Observatoire national de l’action sociale et une cinquantaine de partenaires, dont sept associations d’élus, invitent les élus et les associations à rejoindre leur mouvement de …

Lire la suite →
A la Une

Approvisionnement en électricité : un décret donne le feu vert à une reprise d’activité des centrales à charbon

C’était l’une des mesures de la fameuse loi pouvoir d’achat pour répondre à un besoin exceptionnel lié à un contexte non prévisible, eu égard à …

Lire la suite →