Le magazine de la vie politique

Artplexe Canebière conjugue intelligemment cinéma, restauration, art et spectacles

Imaginé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, Artplexe Canebière propose depuis le 21 octobre 2021, un lieu de vie singulier et atypique avec, tout d’abord, un cinéma de sept salles et 996 places, une brasserie «Le Blum», un restaurant-bar avec terrasse panoramique appelé «Les Réformés», et même un espace lounge dédié aux événement, des surfaces d’exposition et une offre pertinente alternant concerts, conférences et festivals.

Depuis le 21 octobre 2021, le public peut découvrir un édifice étonnant en haut de la Canebière, en lieu et place de l’ancienne mairie de secteur qui fait face à l’Eglise des Réformés. Premier complexe du genre en France, Artplexe Canebière qui a été imaginé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et ses équipes comprend sur quatre niveaux, sept salles de cinéma pour un total de 996 places avec une offre généraliste et art et essai. C’est le talentueux architecte marseillais Renaud Tarrazi, l’un des présidents de Map architecture, qui a assuré avec brio l’execution de ce projet.

Un large plébiscite

A l’occasion du lancement de ce complexe original et séduisant, plusieurs personnalités étaient présentes et en particulier Sabine Bernasconi, ancienne maire de secteur et actuelle vice-présidente du Conseil départemental, Jean-Marc Coppola, adjoint au maire délégué à la culture et Mathilde Chaboche, adjointe au maire déléguée à l’urbanisme.

Pour Sabine Bernasconi, c’était un cinéma souhaité en tant que maire. «Ce complexe est le symbole et le fleuron de la revitalisation du centre-ville et de cette artère mythique que représente la Canebière, cœur battant de la cité phocéenne.» Il s’inscrit pour elle dans le cadre des projets initiés pour donner une nouvelle identité à la ville aux côtés de 80 structures culturelles existantes.

De son côté, Jean-Marc Coppola a félicité toutes celles et tous ceux qui ont participé à l’aventure de la création de ce lieu de vie, de rencontre, de loisirs et de culture qui va dynamiser le territoire du centre-ville de Marseille. «Cet équipement va permettre une réelle diversification de l’offre cinématographique mais aussi le renforcement de l’éducation à l’image».

Le cinéma est une industrie mais aussi un art. La ville de Marseille occupe la première place en France après Paris. «Elle est très prisée pour les tournages par sa lumière, ses paysages, ses habitants», a souligné Jean-Marc Coppola. La cité phocéenne attire les artistes, les réalisateurs et toute la filière. Deux longs métrages, tournés à Marseille, sont d’ailleurs actuellement en salle, Bac Nord et Stillwater avec le succès que l’on connait. Aussi, les projets se multiplient et notamment la réalisation de Cinéfabrique ou encore la mise en place d’une antenne de la cinémathèque française.

Le plaisir du 7e Art

Parfaitement inscrit dans une dynamique de requalification de cette artère emblématique de la ville, Artplexe Canebière porte en premier lieu l’ambition de faire redécouvrir aux marseillais le plaisir de revenir au cinéma sur le haut de la Canebière autour d’une proposition culturelle diversifiée. Au-delà même, ce lieu représente un lieu de rencontre, de divertissements grâce à un concept ouvert sur la ville qui associe salles de cinéma dont une transformable en salle de concert, offre culturelle et restauration.

Artplexe Canebière propose ainsi une programmation généraliste y compris pour le jeune public en VF et en VO et une sélection art et essai qui vient s’inscrire judicieusement en complémentarité de celle proposée par Les Variétés. «Avec la crise sanitaire du Covid 19, le métier d’exploitant de salles de cinéma est plus que jamais en nécessaire mutation. Devant l’émergence des plateformes et face aux majors qui ne produisent plus exclusivement pour le cinéma, il doit se réinventer. Aujourd’hui, nous devons proposer des univers qui répondent autant à un public de cinéphiles qu’à un public en recherche de divertissements», a souligné Philippe Dejust, fondateur de Cap Cinéma et président d’Artplexe.

Avec son concept de complexe cinématographique et culturel qui apporte une réponse pertinente sur le cinéma de centre-ville d’un genre nouveau. Artplexe ambitionne d’atteindre, des les premières années, une fréquentation de 300 000 entrées par an. Qualité visuelle et sonore sont au programme des sept salles qui sont toutes équipées des dernières technologies en matière de projection laser (2Ket 4K pour la grande salle de 282 places) et de son avec la technologie Atmos.

En implantant ce concept de cinéma de centre-ville nouvelle génération avec une politique tarifaire volontairement accessible (10 euros tarif plein et 8 euros tarif réduit), une offre de cinéma pour tous les publics et une proposition culturelle diversifiée, Artplexe porte l’ambition de participer activement à l’animation du haut de la Canebière en offrant à Marseille, un nouveau lieu de vie, de rencontres et de divertissements répondant aux attentes des résidents.

La belle Mara, sur l’escalier Saint-Charles

Au sein du hall magistral, une exposition inaugurale dévoile l’univers burlesque et romantique de l’artiste photographe Sébastien Le Turk et en particulier l’une de ses œuvres phare Mara qui est le fil rouge de la communication média déployée pour l’ouverture de ce concept inédit.

Cette œuvre retient en effet l’attention. Mara est l’histoire d’une jeune danseuse de cabaret qui vient poser pour Le Turk, dans un corset Blackitten de la styliste Charlotte Laplace. C’est manifestement une ode aux vieilles ruelles, aux cafés dansants, aux cinémas de quartier.

La charmante et talentueuse Mara est représentée sur l’Escalier de la Gare Saint-Charles. C’est indéniablement une belle référence au film de Jacques Demy, «Trois places pour le 26» de Jacques Demy, tourné à Marseille, avec Yves Montant et Mathilda May.

Artiste complète qui joue, chante et danse, la talentueuse Mara est à l’image de ce lieu pluridisciplinaire dans lequel se marient avec bonheur le cinéma, l’art avec des expositions temporaires, les spectacles avec des concerts live de grande qualité avec, entre autres, la venue de China Moses et Robin Mac Kelle, des conférences et de la gastronomie avec une brasserie en rez-de-chaussée et un restaurant panoramique. «Nous sommes convaincus qu’Artplexe Canebière apportera une nouvelle dynamique dans ce quartier, à travers sa proposition mais aussi grâce aux synergies qui vont être développées avec les acteurs culturels locaux», a confié Jean-Jacques Léonard, concepteur du projet en charge de sa programmation culturelle.

 

C’est l’artiste photographe Le Turk qui a été choisi pour l’exposition inaugurale, une formidable opportunité pour l’artiste de présenter son travail dans cette ville qu’il affectionne. Il dévoile ainsi son univers à la fois burlesque et romantique, très inspiré par le cinéma avec une exposition retrospective qui accompagne la sortie de son nouveau livre.

Dans son atelier Studio de Sologne, il construit ses décors, recréé un monde étrange en carton-pâte à la croisée de la peinture classique et de la culture pop. Tantôt baroques et nostalgiques, tantôt naïfs et colorés, ses tableaux aux allures de décors de cinéma se jouent allègrement du vrai et du faux, d’un passé fantasmé et de notre présent tragi-comique.

Ce sont plus d’une trentaine d’œuvres réparties dans l’espace du complexe qui immerge le visiteur dans son monde grâce au choix du grand format propice à la déambulation.

Des concerts en live

Créé en 2009 par Philippe Dejust, le concept All that Jazz est destiné à offrir des concerts de qualité dans un lieu unique à savoir ses propres cinémas. La scène est devenue une référence chez les artistes de notoriété nationale et internationale comme Barbara Hendricks, Dee Dee Bridgewater Kyle Eastwood ou encore Manu Katché.

Artplexe Canebière accueillera des concerts dans la plus grande salle qui est équipée pour recevoir des artistes de talent. Ambiance cosy, qualité sonore et artistes reconnus sont les ingrédients majeurs de cette scène qui devrait séduire un large public amateur de jazz. Les deux premières soirées, les 29 et 30 novembre 2021 seront proposées avec un duo alléchant André Manoukian et China Moses. L’année 2022 est très prometteuse avec, tout d’abord, Lizz Wright, le 4 mars, puis Robin Mac Kelle, le 30 mars ou encore Kyle Eastwood, le 19 mai.

Des conférences de haut niveau

Créer un temps pour réfléchir, s’émerveiller, échanger autour de belles rencontres avec des conférenciers, des auteurs passionnants, tel est le pari des responsables d’artplexe en proposant ces conférences en partenariat avec l’association réveil portée par Jean-Jacques Léonard et Valérie Dufayet. «Nous souhaitons offrir aux marseillais avec une programmation régulière de conférences une opportunité de s’enrichir autour de thématiques et de questions essentielles de notre existence», a précisé Jean-Jacques Léonard.

Dès le 7 décembre, le public pourra apprécier l’érudition de Judith Aziza, historienne, docteure d’Aix-Marseille Université qui débutera un cycle sur l’histoire de Marseille. Elle évoquera l’histoire de l’urbanisme, du patrimoine, des migrations, de la santé, de l’assistance et du commerce afin de comprendre comment Marseille est devenue la ville qu’elle aujourd’hui. Au fil des mois, interviendront également des écrivains de renom comme Corinne Sombrun, etnomusicienne et spécialiste du chamanisme mongol, le Professeur Boris Cyrulnik, médecin, neuropsychiatre et psychanalyste.

Les papilles en éveil

Enfin, il incombait pour les responsables de ce lieu unique, apporter une offre de restauration particulièrement attractive. Deux restaurants permettront aux cinéphiles de poursuivre la soirée et les échanges après une projection en partageant des mets savoureux ou simplement un verre dans deux établissements distincts.

Le premier, en pied de bâtiment, le Blum est une brasserie méridionale et également une scène culturelle autour d’une offre pluridisciplinaire gratuite. Concerts, spectacles, lectures et événements conviviaux prendront place sur le plancher de la scène ou en extérieur, sur la grande terrasse, au pied du kiosque centenaire. Sera proposée par le chef Frédéric Crouvoisier, une offre de cuisine gourmande, simple, abordable et cuisinée sur place. Une pizza napolitaine, cuite au feu de bois, accompagne la carte ainsi qu’une sélection de bières brassées par des artisans locaux. D’une capacité de 100 places à l’intérieur et 140 en terrasse, dans une ambiance sympathique, sans fioriture, la brasserie proposera des tarifs abordables tous les jours de la semaines de 7h30 à 23h30.

Le second, au quatrième niveau, Les Réformés, est un restaurant de 300 m2 avec vue panoramique qui ouvrira le 18 novembre 2021. C’est un véritable comptoir à mets dédié aux amoureux des produits de saison et des producteurs locaux. «L’aventure a commencé il y a deux ans. Nous avons avec les cinq autres associés, fait la connaissance de Philippe Dejust et Jean-Jacques Léonard et avons été séduit par le lieu, le concept et l’équipe», a exposé Tatiana Halimi, l’une des responsables du restaurant.

D’une capacité de 77 couverts à l’intérieur et 67 en terrasse, cet établissement à la décoration simple, intemporelle et confortable sera ouvert du lundi au samedi de 12h à 1h et le dimanche de 12h à 18h. «Le midi, le restaurant sera bistronomique, le soir avec différentes formules de qualité», confie Tatiana Halimi.

Tatiana Halimi, à gauche avec Christophe Lambert

Plusieurs formules seront au menu, un repas complet à 29 euros par personne ou simplement une autre avec plat et dessert à 24 euros. Mais il sera possible également d’avoir des assiettes à partager pour faire saliver vos papilles. Des soirées DJ seront organisées en collaboration avec le label Marseillais Dame noir tous les jeudis, vendredis et samedis à partir de 22h. Des événements seront proposés en binôme avec le toit terrasse comme des soirées diffusions sportives, des brunch enfants, des cours de yoga. Il est prudent de réserver …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

Une fête des terrasses sous le signe de la bonne humeur et de la convivialité sous le soleil de Cassis

Le 1er juillet 2022, Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France a lancé la 3ème édition de la …

Lire la suite →
Actualités

Le nouveau Conseil de Provence décrypte la guerre en Ukraine le mardi 5 juillet 2022 à l’hôtel du département

Quelles sont les conséquences de la guerre en Ukraine sur les grands équilibres mondiaux, mais aussi sur notre quotidien, sur notre territoire ? Comment évoluera …

Lire la suite →
A la Une

La déclaration de politique générale de la Première ministre Elisabeth Borne aura lieu mercredi 6 juillet 2022 à l’Assemblée et au Sénat.

Elisabeth Borne prononcera sa déclaration de politique générale mercredi 6 juillet 2022 devant le Parlement, à 15H00 à l’Assemblée nationale, puis à 21H00 au Sénat, …

Lire la suite →