Le magazine de la vie politique

images-1

Assises de la forêt et du bois : Un dialogue apaisé et des élus appelés en renfort sur le territoire

Les Assises de la forêt et du bois ont fermé leurs portes le 16 mars, avec la présentation des rapports des groupes de travail et de pas moins de 300 propositions. En dépit de dissensions parfois vives – pas toutes aplanies –, l’ambiance était à la concorde et l’on s’est promis de continuer à travailler de concert, dans des instances renouvelées. Sur le terrain, les élus locaux sont appelés à faire vivre ce dialogue, notamment avec les citoyens.

Les Assises du bois et de la forêt se sont achevées le 16 mars. Contrairement au Varenne agricole de l’eau, qui n’était pas parvenu à son terme à apaiser les tensions existantes à son lancement, l’ensemble des participants ont salué la réussite de l’initiative souhaitée par le Premier ministre Jean Castex le 24 juillet 2021 .

Ces assises ont montré la maturité de tous pour le dialogue. «Le grand apport de ces assises, c’est le dialogue instauré entre l’ensemble des acteurs de la filière et au-delà », estime la sénatrice Anne-Catherine Loisier.

Même les associations environnementales – qui n’avaient, cette fois, pas adopté la politique de la chaise vide sont à l’unisson. France Nature Environnement salue le « dialogue inédit et indispensable » ouvert par ces assises et la qualité du débat qui s’y est déroulé. Si l’expérimentation de nouvelles formes de dialogue » constituait le thème d’un des quatre groupes de travail de ces assises, le sujet aura irrigué l’ensemble des travaux.

Cette réussite, le gouvernement entend bien la préserver. «Pour faire vivre dans le temps cette dynamique collective », il a décidé de porter de 66 à 90 le nombre de membres du Conseil supérieur de la forêt et du bois étant le Parlement de la forêt», précise Julien Denormandie.

Parmi les nouveaux élus, figurent des représentants d’établissements d’enseignement, du Haut Conseil pour le climat, d’ONG, des élus d’outre-mer.

Ce conseil sera aussi le lieu d’un rendez-vous annuel ». Présidé par le ministre chargé de la forêt, il sera en outre doté d’une vice-présidence assurée par les ministres chargés de la transition écologique et de l’industrie. Dans la même logique, le gouvernement a décidé d’installer un comité technique national de l’équilibre forêt-gibier, afin « d’améliorer le dialogue entre chasseurs et forestiers ». Ce comité s’appuiera notamment sur un baromètre national qui sera constitué avant la fin de l’année.

Le gouvernement a décidé de faire appel aux élus locaux pour faciliter ce dialogue dans les territoires, où la situation est malheureusement loin d’être aussi apaisée. Le 8 mars dernier, une cinquantaine d’organisations parmi lesquelles l’organisation interprofessionnelle France Bois Forêt, l’Office national des forêts, la Fédération national des communes forestières ou encore BPI France ont signé une déclaration commune dénonçant les agressions et actes de vandalisme dont sont victimes les travailleurs en forêts et les entreprises d’exploitation forestière.

Le gouvernement soutiendra la mise en place d’un réseau de référents ‘forêt-société’ parmi les élus de communes forestières. « Ces élus auront un rôle de sensibilisation, voire de médiation, avec en appui des outils méthodologiques, des fiches d’analyse sur les pratiques et un réseau de référents métiers parmi les acteurs de la filière dans leur territoire », précise le gouvernement, qui ajoute qu’une « attention particulière sera portée aux massifs forestiers péri-urbains, espaces privilégiés d’interaction entre populations citadines et nature. Là-encore, avec succès, la sensibilisation des jeunes générations aux enjeux de la forêt constituant un axe de travail retenu par le gouvernement.

Autre proposition, l’expérimentation de méthodes de concertation dans des territoires pilotes. Un appel à manifestation d’intérêt sera lancé afin de soutenir 5 à 10 territoires dans la mise en place d’outils et d’espace de dialogue autour de sujets forestiers complexes et manifestant des tensions particulières avec la société (ou une partie d’entre elle du moins).

Outre le renforcement du dialogue national et territorial, les travaux des Assises de la forêt se traduisent par différentes mesures qui s’articulent autour de trois autres piliers:

– le renforcement de la connaissance de l’état de la forêt et de son devenir, avec notamment le lancement en 2023 d’un observatoire de la forêt au sein de l’IGN, qui s’appuiera notamment sur un inventaire forestier qui sera consolidé en 2022, la création d’une commission scientifique au sein du CSFB, chargée d’émettre des recommandations sur les essences d’avenir et leurs territoires d’implantation ;

– la pérennisation de financements, avec notamment « 100 à 150 millions d’euros dédiés chaque année au renouvellement forestier, la montée en puissance du label bas-carbone dont les règles seront « simplifiées et clarifiées, l’engagement du prolongement du dispositif d’encouragement fiscal à l’investissement en forêt au-delà de 2022 ;

– l’investissement dans la R&D et le renforcement de la compétitivité de la filière industrielle bois, avec, entre autres, un appel à projets biomasse chaleur pour l’industrie du bois, le lancement d’un programme de recherche et développement pour caractériser la ressource feuillus et mieux valoriser les essences secondaires, le financement des essais sur le risque incendie dans la construction bois (RE 2020), le développement de la contractualisation pour faire filière (le taux de contractualisation des bois issus des forêts domaniales sera porté à 75% en 2025) ou encore des actions pour renforcer l’attractivité d’une filière en manque criant de main d’œuvre.

Sont également prévus le renforcement des exigences environnementales, notamment en matière de diversification des essences, ou le lancement d’un plan national d’action en faveur d’une trame « Vieux bois et forêts subnaturelles » et d’un plan d’action « sols forestiers », tous deux dans le cadre de la stratégie nationale biodiversité 2030 présentée ce 15 mars. Signalons enfin la volonté de simplifier et clarifier les obligations de débroussaillement, sujet qui ne manquera pas d’intéresser les maires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

Approvisionnement en électricité : un décret donne le feu vert à une reprise d’activité des centrales à charbon

C’était l’une des mesures de la fameuse loi pouvoir d’achat pour répondre à un besoin exceptionnel lié à un contexte non prévisible, eu égard à …

Lire la suite →
Actualités

Le Geres et l’Ademe proposent un guide de bonnes pratiques pour les entreprises et collectivités en matière de compensation carbone

La France s’est fixée l’objectif d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Cet objectif se traduit par un engouement des acteurs publics et privés autour …

Lire la suite →
A la Une

Requalification des centres anciens : quelle dynamique pour les espaces publics ? L’exemple d’Apt

L’association Envirobat BDM organise la troisième rencontre de l’EnviroFORUM le 12 octobre de 9h30 à 16h à La Micro-Folie, Les Romarins, rue Cély, à Apt …

Lire la suite →