Le magazine de la vie politique dans la région Sud

5f05c0ddeec2a_benoitpayan1eradjointmairiemarseille-4919888

Benoit Payan, la conquête d’une ville

Le président du groupe PS au conseil municipal a été avec Michèle Rubirola, l’un des artisans de la victoire du Printemps marseillais, qui a réussi le pari de ravir à l’équipe Gaudin, menée par Martine Vassal, la mairie de Marseille. Il est désormais le 1er Adjoint à la Mairie de Marseille délégué à une ville plus juste, plus verte et plus démocratique.

  

Entré au Parti Socialiste local depuis son plus jeune âge, il fut d’ailleurs secrétaire national du MJS, Benoit Payan est né en 1978 et a grandi à Marseille dans le quartier de Pont-de-Vivaux, dans le 10e arrondissement. Il est issu d’une famille modeste avec un père artisan menuisier et une mère employée à l’URSSAF. Après des études de droit et à la clé un diplôme de notariat, il a eu plusieurs emplois successifs avant intégrer rapidement et successivement les cabinets de Michel Vauzelle, alors Président PS du Conseil Régional et celui de Marie-Arlette Carlotti (PS) qui fut ministre déléguée aux personnes âgées sous François Hollande.

Au sein du Parti socialiste français, il est très proche d’Olivier Faure, le premier secrétaire du parti.
Ce dernier l’avait d’ailleurs mandaté pour mener à bien l’union de la gauche à Marseille pour ces élections municipales de 2020. C’est en 2014, qu’il gagne sa première élection et est alors élu conseiller municipal dans les 4 et 5e arrondissements de Marseille. Son entrée dans l’hémicycle de l’espace Bargemon est remarquée à plusieurs reprises par ses différentes prises de parole largement relayées sur les réseaux sociaux. Parmi ses interventions remarquées, on retiendra celle sur le refus du Partenariat Public Privé sur les écoles de Marseille, sa colère contre le projet de la Corderie ou encore les différents dossiers sur ce qu’il nomme les scandales immobiliers et en particulier celui sur la rue d’Aubagne et l’habitat indigne. En 2015, il devient conseiller départemental sur le premier canton de Marseille aux côtés de Michèle Rubirola déjà avec 67,01% des voix au second tour.

Vent debout contre le Partenariat Public Privé des Écoles, il devient un des piliers du rassemblement de tous bords qui verra naître le Printemps Marseillais. «Il faut qu’on sorte de ce système. on a besoin de changer de méthode politique», avait t-il expliqué à cette date. Sa probable candidature pour mener la liste du Printemps Marseillais, étiquetée PS, ne faisant pas forcément l’unanimité auprès d’une partie des écologistes et de la France Insoumise, il décide de soutenir la candidature de Michèle Rubirola avec le succès que l’on connait. «C’est un mouvement incroyable de femmes et d’hommes se disant qu’on ne pouvait plus rester la tête baissée à subir des politiques publiques qui ne nous concernaient pas. Cette ville ne veut plus être montrée du doigt, maltraitée comme elle l’est depuis des décennies.» Au soir du second tour des municipales, il a gagné le secteur des 2 et 3e arrondissements de Marseille. Le samedi suivant, après de longues négociations, Michèle Rubirola est élue Maire de Marseille et Benoît Payan devient son premier adjoint. “C’est une magnifique victoire. C’est la première fois depuis des décennies que les forces de progrès remportent cette ville. Le score est d’ailleurs au-delà de nos espérances», avait t-il évoqué le jour de la victoire.

https://www.marseille.fr/mairie/actualites/le-maire-de-marseille-presente-ses-voeux-aux-marseillaises-et-aux-marseillais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Elections : le vote par procuration rendu un peu plus aisé avrec Maprocuration

Avec l’entrée en service de la télé-procédure “Maprocuration” et la possibilité d’être porteur de deux procurations, le vote par procuration est désormais un peu facilité …

Lire la suite →
Actualités

Raymond Bartolini, l’un des prévenus au procés Guérini, est décédé.

Il n’aura pas assisté au résultat du procès le 28 mai 2021. Raymond Bartolini, âgé de 74 ans, l’un des onze prévenus dans le procès …

Lire la suite →
A la Une

Emmanuel Macron va supprimer l’ENA et la remplacer par un “Institut du service public”

Emmanuel Macron a annoncé le 8 avril 2021 qu’il allait “supprimer l’ENA” (Ecole nationale d’administration) pour la remplacer par un “Institut du Service public” (ISP), …

Lire la suite →