Le magazine de la vie politique dans la région Sud

Maxime Repaux, président du Syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône.

Cinq organisations professionnelles refusent la rénovation de cinq écoles marseillaises en MGP

La mairie de Marseille a mis au vote, lors du Conseil municipal du 2 avril 2021, la rénovation de cinq écoles GEP. Initialement, la procédure choisie pour la rénovation de ces écoles était une procédure en Marché Global de Performances (MGP).

Cette procédure de MGP exclue l’accès direct à la commande publique des petites et moyennes entreprises ainsi que la maîtrise d’œuvre et les architectes. Le collectif «Marseille contre les MGP», qui s’est formé suite à cette annonce et à ce projet de délibération, regroupe les organisations professionnelles et syndicales suivantes : SA13, AUP, CROA PACA, CAPEB13, SNSO, U2P13.

Un courrier a interpelé le maire de Marseille en lui demandant le retrait de la procédure d’appel d’offres en MGP (Marché Global de Performances). Ce type de procédure est calibré pour que seuls les grands groupes du BTP puissent y accéder, subordonnant la maitrise d’oeuvre et n’offrant aucune garantie d’indépendance pour la ville. «Nous avons demandé la relance de ce marché public en loi MOP (Maîtrise d’ouvrage publique) avec des études de faisabilité préalable, des procédures de concours d’architecture, des études en toute indépendance et des appels d’offres de travaux passés en maîtrise d’ouvrage publique, en corps d’état séparés», a stipulé Maxime Repaux, président du SA 13 et coordinateur du collectif.

Le collectif prend acte de la décision de la Mairie de renoncer au MGP, et se félicite d’avoir été entendu. «Cette décision, que nous saluons, offre des perspectives favorables pour que la ville de Marseille s’engage désormais dans des procédures de maîtrise d’ouvrage publique, ce qui est une décision juste, favorable au tissu des entreprises locales que sont les TPE et PME, à l’économie de nos territoires et au maintien des richesses générées dans ces mêmes territoires, et ce, dans l’intérêt public», a estimé Maxime Repaux.

Une vue de la nouvelle école de la Busserine, réalisée en loi MOP.

Les différents protagonistes à savoir le le Conseil régional de l’Ordre des Architectes PACA et sa présidente Maryline Chevalier, le Syndicat des Architectes des Bouches-du-Rhône, et son président Maxime Repaux, le Collectif d’architecture publique, représenté par Patrick Verbauwen, past président du SA 13, le Syndicat national des entreprises de second œuvre, et son délégué général Philippe Fontanier, la Capeb 13 et l’Union des entreprises de proximité, toutes deux présidées par Patricia Blanchet Bhang, attendent avec une vive impatience la réunion avec le Maire de Marseille, pour pouvoir échanger avec lui sur les marchés publics en général et les écoles en particulier, et définir dans le détail les modalités de réalisation des études et des travaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

L’Ecologie au centre, meilleur programme écologique selon l’etude du Reseau Action Climat

La fédération d’associations environnementales «Action Climat» vient de publier une analyse du volet écologique des programmes des quatre principales listes aux élections régionales PACA. Verdict …

Lire la suite →
Actualités

Aix-en-Provence : les dates du procès en appel des frères Jean-Noël et Alexandre Guérini d’ores et déjà déterminées

Jean-Noel Guerini, ancien président du département des Bouches-du-Rhône, ainsi que son frère entrepreneur, ont été condamnés le 28 mai en première instance par le tribunal …

Lire la suite →
Actualités

Elections départementales: Julien Ayoun, en binôme avec Catherine Merveilleux, prône l’indépendance.

Avocat au barrreau de Marseille, Julien Ayoun se présente, en binôme avec Catherine Merveilleux, dans un canton des quartiers Sud de Marseille dans le cadre …

Lire la suite →