Le magazine de la vie politique

5d949c2b5c0ab_chlordeconepo-3_preview_2300

EELV s’érige contre les violences sanitaires d’État envers les français d’Outre-mer et l’exploitation prédatrice des ressources

La départementalisation des Outre-mers en 1946 est l’affirmation d’une égalité citoyenne entre le territoire national et ses anciennes colonies. Aussi bien en termes de droit, qu’en termes de justice. Depuis plus de 15 ans, des associations antillaises lanceuses d’alerte n’ont de cesse de lutter pour une reconnaissance de l’empoisonnement en Martinique et en Guadeloupe par le chlordécone. Interdit aux États-Unis depuis 1976, ce pesticide est utilisé massivement aux Antilles jusqu’en 1990, autorisé par dérogations successives et par lobbying des grands producteurs de bananes.

Malgré les affirmations du président Emmanuel Macron s’adressant aux élus locaux en 2019 sur le caractère non cancérogène du chlordécone, aujourd’hui la Martinique détient le triste record mondial de cancers de la prostate.

La contamination quasi généralisée de la population antillaise, des sols, des littoraux par ce pesticide a des conséquences sanitaires, environnementales, économiques et sociales dévastatrices. La filière agricole, y compris les jardins familiaux, sources de nourriture et de revenus pour des foyers créoles aux revenus modestes, sont durablement empoisonnés. C’est tout un écosystème qui est impacté : la santé humaine, la chaîne alimentaire, la biodiversité, l’économie locale et les solidarités antillaises.

Les manifestations des martiniquais et des guadeloupéens témoignent d’une colère grandissante et d’un dysfonctionnement continu des relations de la France avec ses territoires d’Outre-mer. À cela s’ajoute le risque de prescription qui alimente le sentiment d’un traitement différencié et d’une justice à deux vitesses entre d’une part, une impunité des responsables politiques et économiques, et, d’autre part, une criminalisation inquiétante des militants écologistes antillais. EELV soutient le collectif des associations et exige la poursuite de l’instruction pour la dignité des personnes contaminées.

Si la commission d’enquête parlementaire a conclu à la responsabilité de l’État malgré la disparition de 17 années d’archives du Ministère de l’agriculture, le Plan Chlordécone IV démarre cette année jusqu’en 2027. L’information de la population et des professionnels de manière factuelle, transparente et durable doit être une des priorités. EELV demande davantage de clarté quant aux financements engagés pour répondre aux conséquences de cet écocide et de cette atteinte massive à la santé de l’ensemble des populations exposées au chlordécone sur ces deux territoires français.

Dans ce plan, sur les 92 millions d’euros alloués, jugés insuffisants par les associations, une enveloppe de 61 millions d’euros nécessite des précisions. Une partie serait issue de fonds européens que les collectivités devront solliciter. Habituellement, ces fonds servent à financer des infrastructures territoriales, et non à réparer la pollution causée par l’État français et par les responsables importateurs et utilisateurs du chlordécone.

À l’heure de la Loi Climat et Résilience, les troubles de fertilité et du neuro-développement des enfants exposés in utero liés aux pesticides (qui brisent les corps aux Antilles, à la Réunion, avec en première ligne ceux des ouvrier·e·s agricoles, les cancers engendrés par les essais nucléaires en Polynésie que subissent les habitants témoignent de violences sanitaires d’État envers les français·e·s d’Outre-mer. Les projets de création d’une centrale biomasse en Guyane ou encore celui de la montagne d’or, illustrent également la banalisation des impacts polluants tant sur les populations locales que sur la biodiversité.

L’exploitation prédatrice des ressources et la mise en danger des populations sont inadmissibles. EELV rappelle qu’il est temps de regarder en face la posture dramatique de la France vis à vis de ces régions ultra-marines qui représentent 80% de sa biodiversité.

Il est temps d’arrêter cette normalisation de l’inacceptable dans les Outre-mers. Il est temps de mettre en œuvre au nom d’une véritable République des territoires, des solutions d’égalité réelle à la fois territoriale et entre les individus aux humanités disqualifiées et brutalisées depuis beaucoup trop longtemps. Il est temps de déployer une économie locale résiliente et l’éco-conditionnalité des aides publiques aux entreprises pour sortir d’un capitalisme toxique.

Afin de faire face aux différents défis de justice sociale et environnementale auxquels seront confrontés ces régions, il est temps de proposer un nouveau modèle de vie et un renouveau démocratique dans l’ensemble des départements d’Outre-mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Primaire du Pôle écologiste : Le tribunal donne raison à Jean-Marc Governatori et Corinne Lepage

La décision vient de tomber aujourd’hui. Le tribunal du Palais de justice de Bobigny a rejeté le 29 juillet 2021 la décision de suspension de …

Lire la suite →
Actualités

Elections – Fin de mandat : une allocation facilite le retour à la vie professionnelle

Les présidents et les vice-présidents d’un conseil départemental ou régional qui étaient en fonction avant les élections des 20 et 27 juin et ont perdu …

Lire la suite →
A la Une

Plans climat-air-énergie territoriaux : près de 90% des intercommunalités assujetties ont approuvé leur document

Selon une étude que vient de publier l’ADCF-Intercommunalités de France, près de 90% des intercommunalités de plus de 20.000 habitants, pour lesquelles la mise en …

Lire la suite →