Le magazine de la vie politique

DSCN5048

Election présidentielle : L’Ecologie au centre avec Jean-Marc Governatori et Rachid Mokran sillone la France

Après Tours et Poitiers, le parti L’Ecologie au centre avec, à sa tête, l’un de ses chefs de file,Jean-Marc Governatori, était à Marseille pour présenter ses responsables des comités avant les futurs candidats aux élections législatives. L’élu niçois, ancien candidat aux élections régionales, était accompagné de Rachid Mokran, porte-parole national et l’une des responsables du comité pour les Bouches-du-Rhône.

Avec plus de mille militants, le Parti politique L’Ecologie au centre, coprésidé par Jean-Marc Governatori, conseiller municipal niçois et conseiller communautaire de Nice Métropole, représente l’une des forces politiques majeures sur l’échiquier national. Il dispose de nombreux élus comme Salima Yenbou, députée européenne, Ghislain Winocenski, conseiller régional Grand Est ou encore Sophie Spenneto, conseillère municipale à Mions en Rhône Alpes. De nombreux candidats ont par ailleurs réalisé de bons scores lors des élections régionales comme Jérémy Clément dans la région Centre avec 4%

Auréolé d’un score très honorable de 5,28% aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’élu qui est désormais également président de l’Office environnemental régional, conformément aux engagements pris lors de la campagne par Renaud Muselier, a pris son bâton de pèlerin pour partir en campagne électorale pour les élections législatives.

Après un tour de France débuté à Tours puis par Poitiers, il a fait, aux côtés de Rachid Mokran, porte parole national, une halte à Marseille pour présenter les comités écocitoyens dans les Bouches-du-Rhône. «Notre objectif, aujourd’hui, demeure similaire à ceux d’hier. Nous souhaitons faire avancer des propositions qui, nous l’espérons, seront reprises à l’issu des différents scrutins», rappelle Jean-Marc Governatori qui a avoué sa grande satisfaction que, d’ores et déjà, plusieurs mesures comme le covoiturage, les refuges animaliers ou encore le bio dans les cantines soient prises en compte.

Cette année, il y a un contexte politique tout à fait exceptionnel pur Jean-Marc Governatori, fin stratège de la vie politique nationale. «L’accès au second tour se jouera entre un ou deux candidats. L’électorat que nous représentons peut faire la différence. Il peut être décisif car nous nous avons une capacité d’action extraordinaire», note t-il.

Aujourd’hui, le match se décidera pour lui comme pour beaucoup d’observateurs de la vie politique, entre Valérie Pecresse et Marine Le Pen pour affronter Emmanuel Macron. «Nous devons créer une véritable opposition. Pour cela nous devons rassembler, coordonner les forces en présence», estime Jean-Marc Governatori qui a a affirmé ne pas vouloir participer à une éventuelle primaire à gauche.

L’Ecologie au centre a selon Jean-Marc Governatori un projet centriste cohérent. «Il nous appartient désormais de savoir si nous souhaitons designer un candidat à l’élection présidentielle et si nous avons les parrainages requis de partir en campagne.» Aussi, l’objectif est double comme l’indique Jean-Marc Govenratori. «Notre plan A est de gagner les élections, notre plan B est notre électorat soit faiseur de roi ou de reine pour obtenir des avancées démocratiques, sociales et environnementales.»

Jean-Marc Governatori

Pour Rachid Mokran, porte parole national, l’enjeu est considérable: «Il s’impose à nous d’avoir des candidats démocrates qui ont la volonté de faire, d’agir. Nous constatons que les politiciens ont failli. L’objectif est de ce concentrer sur ce qui est vital.» Ses propos ont été corroborés par Victor Hugo Espinosa, adjoint au maire du secteur des 15e et 16e arrondissements et expert en environnement qui sera chargé du comité de la 4e circonscription. «Notre souhait est de mettre en œuvre des actions concrètes. Il faut que les élus tiennent leurs promesses. Nous sommes là pour nous occuper des idées écologistes sans s’occuper de droite ou de gauche», a t-il souligné.

Pour Jean-Marc Governatori, la région Provence-Alpes Côte d’Azur est d’ailleurs une région test. «Nous sommes heureux que la région va mettre en œuvre une évaluation annuelle de l’empreinte écologique. Nous espérons que cette mesure soit dupliquée au plan national

Autre combat pour Jean-Marc Governatori et ses équipes, la lutte contre les extrêmes qui trouve avec Victor Hugo Espinosa, un farouche partisan. «J’ai plus de trente ans d’activité politique. J’ai toujours combattu l’extrême droite», rappelle cet émigré chilien qui prône de multiples valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et aussi de respect et de laïcité.

Victor Hugo Espinosa et Jean-Marc Governatori

L’Ecologie au centre compte avancer dans les prochains jours à la fois dans ses décisions et dans son action. Un grand meeting doit être organisé à Paris si naturellement les conditions sanitaires le permettent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Arnaud Bastide prend les rênes de la Fédération des Promoteurs Immobiliers de Provence

Élu le 10 novembre dernier à la présidence de la Fédération des Promoteurs Immobiliers Provence pour un mandat de 3 ans, et succédant à ce …

Lire la suite →
Actualités

Jean-Daniel Beurnier succède à Agnès Grangé à la présidence de KEDGE Business School

Le Conseil d’Administration de KEDGE Business School vient de nommer Jean-Daniel Beurnier à la présidence du Groupe à l’issue de l’Assemblée Générale qui s’est tenue …

Lire la suite →
Actualités

Alpes-de-Haute-Provence : les autocars Payan de Sisteron sur la voie de la transition énergétique

Après l’installation d’une cuve de 20 m³ du nouveau carburant 100% colza français Oleo100 sur le site dignois de la société Payan, permettant à sept …

Lire la suite →