Le magazine de la vie politique

Le_Pen,_Marine-9586_(cropped)

Election présidentielle : Marine Le Pen veut doubler l’allocation aux familles monoparentales

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, fait part de sa volonté de doubler l’allocation de soutien aux familles monoparentales.

« Je vous annonce vouloir doubler l’allocation de soutien aux familles monoparentales. De 116 euros par mois aujourd’hui, je la porterai à 230 euros », affirme la candidate d’extrême droite.C’est très difficile d’élever des enfants seule, psychologiquement d’abord. Mais aussi financièrement », fait valoir Marine Le Pen, mère de trois enfants qu’elle a elle-même élevés seule pendant plusieurs années.

Elle rappelle les mesures qu’elle souhaite instaurer: «Je désire mettre en place une politique nataliste, en restaurant la part fiscale pleine dès le deuxième enfant, en réservant les allocations familiales aux familles françaises et en proposant, comme en Hongrie, un prêt public à taux zéro que pourront contracter les jeunes couples jusqu’à 100 000 euros sur quinze ans, dont le capital restant dû sera transformé en subvention au troisième enfant».

Marine Le Pen, qui compte réunir environ 3 000 militants à Reims le 5 février 2022, pendant qu’Eric Zemmour entend en rassembler 8 000 à Lille, défend une campagne de terrain. «Au moment où tous les candidats se lancent dans un concours de grands meetings un peu cour d’école, nous allons à la rencontre des Français. Pour leur parler pas seulement de la fin de la France, mais aussi de la fin du mois», détaille t-elle.

Marine Le Pen dénonce le communautarisme d’Eric Zemmour: «Je retrouve une série de chapelles, venues puis reparties émanant de l’ancien Front national. Il y a les catholiques traditionalistes, les païens, et quelques nazis. Tout cela ne fait pas une posture présidentielle».

Pour elle, les débauchages par son rival d’élus RN visent à tuer le Rassemblement national : «Seule la mort du RN et l’échec de Marine Le Pen peuvent lui permettre d’envisager une recomposition fantasmagorique de l’espace politique en 2027, 2032 ou 2039».

Interrogée sur la délicate question des parrainages, elle répond clairement: «Je suis inquiète car c’est de plus en plus difficile, beaucoup plus difficile qu’en 2017. Nous sommes confrontés à une véritable grève des maires», affirme la candidate, qui n’affiche que 35 parrainages dans la liste publiée par le Conseil constitutionel, contre 529 pour Emmanuel Macron, 324 pour Valérie Pécresse et 58 pour Eric Zemmour.

Elle rajoute également en conclusion de son propos: «Plus vous êtes haut dans les sondages et plus paradoxalement les maires sont réticents à vous donner votre signature, parce qu’ils ont peur qu’on leur reproche d’avoir été des partisans de votre arrivée au second tour.».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

La 5e édition du salon des maires à Salon-de-Provence

Les 119 maires et des élus locaux des Bouches-du-Rhône ont rendez-vous le jeudi 29 septembre de 9h à 17h30 à l’espace Charles Trenet de Salon-de-Provence …

Lire la suite →
A la Une

Les maires sont invités à participer à la Journée nationale citoyenneté et fraternité du 15 octobre 2022

L’Observatoire national de l’action sociale et une cinquantaine de partenaires, dont sept associations d’élus, invitent les élus et les associations à rejoindre leur mouvement de …

Lire la suite →
A la Une

Approvisionnement en électricité : un décret donne le feu vert à une reprise d’activité des centrales à charbon

C’était l’une des mesures de la fameuse loi pouvoir d’achat pour répondre à un besoin exceptionnel lié à un contexte non prévisible, eu égard à …

Lire la suite →