Le magazine de la vie politique

DSCN4461

Elections régionales : Jean-Laurent Félizia, tête de liste du Rassemblement écologique et social, a soif de démocratie et faim de débat

C’est dans un lieu symbolique, la Casa Deleuze, jadis fief de la Comex, à proximité du Vieux-Port à Marseille que s’est tenue le 4 juin 2021, à quinze jours du premier tour, la grande réunion publique du Rassemblement écologique et social.

Une pléiade de personnalités

Les différentes têtes de liste, Capucine Edou pour les Bouches-du-Rhône, Marie-Jo Allemand pour les Hautes Alpes, Bertrand Perrin pour les Alpes de Haute Provence mais aussi Xavier Garcia pour les Alpes Maritimes, en visioconférence, sont intervenus avant le discours tant attendu par les militants du chef de file, le varois Jean-Laurent Félizia qui portera les couleurs de cette formation hétéroclite souhaitant s’inscrire sur les traces du Printemps marseillais.

Le Rassemblement écologiste et social qui regroupe neuf formations EELV, le PS, le PC, MP, La Gauche Républicaine et Sociale, Génération.s, Place Publique, Génération Ecologie, les Radicaux de Gauche, a souhaité organiser sa réunion publique de présentation du projet de sa liste le 4 juin 2021 à la Casa Deleuze à Marseille.

En présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles deux anciens ministres, Marie-Arlette Carlotti et François Lamy, de Jeanine Ecochard, ancienne vice-présidente du département des Bouches-du-Rhône déléguée à l’éducation, mais aussi de plusieurs élus actuels de la mairie de Marseille et notamment Audrey Gatian, Marie Batou, Joël Canicave ou encore Laurent Lhardit, la soirée fut dynamique à l’image des deux jeunes présentateurs Pauline et Elliot. «D’une étincelle jaillira un électrochoc qui permettre de rendre la région à la gauche», ont t-ils tous déclaré avec beaucoup d’enthousiasme.

Pour l’équipe, il s’agissait d’emblée de donner le ton avec plusieurs objectifs mis en avant à savoir la lutte contre l’habitat indigne, le combat contre la spéculation foncière et la bétonnisation mais aussi la protection des espaces naturels ou encore la gratuité des transports pour les jeunes. Une caravane du projet fera d’ailleurs halte dans plusieurs villes de la région et en particulier Apt, Chorges ou encore Menton.

La lutte contre l’habitat indigne

L’équipe du Rassemblement écologique et social, un rassemblement inédit et historique de personnalités écologistes, de gauche et de la société civile a tout d’abord fait un constat des années de la droite à la tête de cette région avec notamment le taux de pauvreté le troisième en France en France métropolitaine, le taux de chômage des jeunes supérieur à la moyenne nationale, une région qui produit le plus de gaz à effet de serre.

Pris par des engagements personnels dans les Alpes Maritimes, le socialiste Xavier Garcia qui a fait son intervention en vidéoconférence a mis l’accent sur les investissements nécessaires en matière de transition écologique, sur le caractère indispensable de lignes ferroviaires de montagne sur ce département très dépendant du tourisme.

Avec beaucoup de tonicité, la talentueuse Capucine Edou, tête de liste pour les Bouches-du-Rhône, a insisté, quant à elle, sur la difficulté d’une campagne courte et intense. «Nous souhaitons proposer des solutions pour répondre aux enjeux de demain. Il nous est primordial de renforcer les services publics pour permettre aux concitoyens de participer aux décisions car nous croyons à l’intelligence collective.»

La candidate trés dynamique a multiplié ensuite les sujets essentiels comme les transports, la santé publique, la pollution atmosphérique sur lesquels il est essentiel d’agir, des sujets qui relient les citoyens entre eux. Pour elle, il est urgent de remettre en service 150 trains, d’aller vers la gratuite totale de transport pour les jeunes. Sur la jeunesse, intarissable, elle désire que l’on redonne toute l’impulsion requise au parlement de la jeunesse.

Une région protectrice et solidaire

De son côté, Jean-Pierre Cerventès, tête de liste pour le Vaucluse s’est déclaré fier et ému. «C’est un honneur pour moi de vous évoquer ce soir le projet d’une région qui protège, d’une région plus inventive, soucieuse de notre alimentation.» Pour lui, les vocables protection, solidarité et fraternité font sens. Puis il a repris les propos de Jean-Jacques Goldman : «Loin des discours et des grandes théories, nous voulons changer la vie

En matière de sécurité, notamment dans les transports et les lycées, cela passe pour lui par la présence humaine. «Les usagers et les professionnels doivent se sentir en sécurité avec une personnel qualifié.»

En matière d’alimentation, il a évoqué que la production de produits agricoles n’est que de 22% et que celle de produits transformés n’est que de 23%. Il a mentionné un objectif ambitieux de 60% d’agriculteurs bio d’ici 2030. Il a mis aussi en exergue un soutien de l’agriculture urbaine.

En matière d’environnement et de santé, il prône un service public de la santé. «Un droit à un environnement sain est une évidence. Un état des lieux sera effectué à notre arrivée», a t-il confié. La région doit pour lui anticiper les risques naturels qui se multiplient avec plusieurs catastrophes qui sont apparues ces dernières années. Il a proposé, entre autres, une gestion durable de la forêt, ou encore le principe de zéro artificialisation des sols.

Point névralgique de cette soirée, l’intervention de la comédienne Catherine Lecoq qui a évoqué avec sensibilité et émotion, la situation d’une profession mise à mal par la crise sanitaire et le gouvernement, celle du milieu de la culture et du spectacle avec le sketch de Raymond Devos intitulé L’artiste. «Ce sont quelque 280 000 personnes qui sont empêchées de travailler et qui aujourd’hui sont contraintes d’occuper des théâtres pour se faire entendre. Nous devons déplorer la réforme injuste du chômage, une réforme innommable qui conduira à une baisse des allocation de 950 à 650 euros», a t-elle précisé.

Plaidoyer pour la jeunesse

Tête de liste dans les Alpes de Haute Provence, Bertrand Terrain souhaite un large rassemblement de toutes les forces de gauche pour faire de cette région, un territoire d’avenir. Ses deux ambitions sont de lutter pour un développement du pouvoir d’achat et contre la précarité énergétique. «Il est urgent de favoriser un développement économique durable, créateur d’emplois. Notre objectif est de créer 100 à 150 000 emplois sur la durée du mandat. La zone de ruralité est bien trop souvent oubliée. » Parmi les différentes propositions, il a évoqué une première délégation du vivant dédiée au bien-être animal, le souhait d’un tourisme durable s’étendant sur toute l’année et surtout les perspectives pour la jeunesse qui n’est pas insérée suffisamment dans la vie professionnelle.

Ancien président de la région pendant trois mandats, l’arlésien Michel Vauzelle qui fut Garde des Sceaux a, lors d’une intervention en vidéo, prôné davantage de solidarité, de justice sociale. «Nous avons le devoir de gagner car nous avons un projet de société pour une France juste, porteur de solidarité et justice sociale pour redonner la joie de vivre aux habitants de cette région

La dernière tête de liste départementale, Marie-José Allemand qui défendait les couleurs des Hautes Alpes, a proclamé «Je suis heureuse de participer à cette aventure. Aucun territoire de la région ne sera oublié. De notre département, l’assemblée régionale peut sembler si lointaine. Nous avons le projet de créer une agence de relocalisation des services de proximité.» Sur le plan territorial, elle a mis en exergue l’égalité des territoires avec la mise en place d’un vice-président qui sera dédié à une politique plus juste entre les territoires. Sur le plan culturel, un pass culture pour les jeunes sera proposé.

Projet contre projet

A la suite et après l’intervention de Michel Vauzelle, Jean-Laurent Félizia, tête de liste du Rassemblement écologique et social a souhaité exposer le projet sans faire pour autant un état des lieux, sans constater le naufrage d’une famille politique. «C’est le rassemblement d’une famille de polichinelle. Ils ont un tableau de chasse que je leur conteste. Ils ont sans cesse démantelé et annéanti les services publics. Ce sont des bêtes de scène empreintes de férocité qui donnent des leçons et continuent de se pavaner», a t-il rappelé.

Il a mis l’accent sur la baisse du nombre de policiers et de gendarmes pendant ce dernier mandat. Il s’est érigé contre la Cop d’avance mise en place par Renaud Muselier ainsi que sur la plantation d’un million d’arbres. «J’ai soif de démocratie et faim de débat», a t-il lancé devant un public visiblement conquis.

Il y a selon lui urgence sociale par manque de cohésion territoriale. «Nous avons tous compris que la transition est indispensable pour la pérennité de l’équilibre social, la superposition des migrations», a t-il expliqué. La région est pour lui émancipatrice grâce à l’expression des cultures. «Le projet que nous portons a faire basculer notre région. La politique a investi nos sentiments. Il reste quinze jours. Nous devons nous montrer les plus humbles mais également vaillants, déterminés.» Le projet n’est pas pour lui un gadget mais le sens d’une société axé sur le mieux vivre ensemble. «Si nous devons gouverner cette région, nous devons dessiner l’exemplarité», a t-il évoqué en conclusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
Actualités

Fabienne Joly, nouvelle présidente de la Société du Canal de Provence

Après les scrutins régionaux et départementaux du mois de juin, les nouveaux administrateurs de la Société du Canal de Provence et d’aménagement de la région …

Lire la suite →
Actualités

Certificats d’économies d’énergie : de nouveaux programmes en faveur de l’usage du vélo

Promouvoir l’usage du vélo au quotidien grâce à la construction d’abris sécurisés ou à la livraison active de colis, tel est l’objet de deux programmes …

Lire la suite →
A la Une

Un rassemblement extraordinaire du monde du numérique au sommet de la cité phocéenne

La sixième édition de la soirée du Grand Opening organisée par l’association Medinsoft sous l’égide de Stéphanie Ragu, sa présidente, et de son équipe très …

Lire la suite →