Le magazine de la vie politique

DSCN4455

Elections régionales : le Collectif des Ecologistes de Provence soutient la liste L’Ecologie au centre menée par Jean-Marc Governatori

L’association Le Collectif des Ecologistes de Provence, présidée par André Irles, a décidé de soutenir la liste «l’Ecologie au centre» présentée par Cap Ecologie et le parti Animaliste dont la référente dans les Bouches-du-Rhône est Valérie Michon. Cette liste est menée par Jean-Marc Governatori, coprésident avec Corinne Lepage de Cap Ecologie.

C’est une première pour cette association apolitique qui développe une action transversale pour promouvoir la transition écologique. Créée en 2016 mais relancée en 2020, le collectif des écologistes de Provence est une entité dynamique qui rassemble plus de trois cent adhérents dans quatre départements de la région à savoir les Bouches-du-Rhône, le Var, les Alpes de Haute Provence et les Alpes Maritimes.

Elle place l’écologie au cœur des différents sujets et soutient activement les mouvements en faveur de la transition écologique. «Avec la pandémie mondiale, il faut penser les choses autrement», a estimé André Irles, retraité marignanais indigné de voir se dégrader le milieu naturel.

L’association encourage fortement toutes les compétences écoresponsables. Elle souhaite s’associer aux acteurs économiques et aux chercheurs pour travailler sur la transition écologique afin de répondre avec acuité aux défis environnementaux et œuvrer pour la protection de la nature.

L’écologie est devenue une priorité avec le réchauffement climatique qui a changé la donne et les catastrophes naturels qui se sont succédées comme sur la vallée de la Roya. La prise de conscience de la société civile est pourtant récente. Les pouvoirs publics, les collectivités locales et territoriales n’en ont pas pris la mesure selon André Irles: «Depuis trente ans, les choses sont restées à l’identique», a t-il estimé.

Avec des adhérents, il tente de créer une action de lobbying pour sauver l’étang de Berre ou encore le Canal du Rove dans lequel les eaux sont stagnantes. Dans l’étang de Berre, les actions entreprises au fil des ans ont été très insuffisantes. La centrale hydroélectrique a joué un rôle néfaste. «Il existe pourtant un projet de détourner l’eau de la centrale et de l’envoyer dans la Crau.»

Avec ses adhérents, il regrette vivement que le débat actuel, lors de ces élections régionales, ne porte que sur l’insécurité et pas sur des sujets majeurs comme la protection de l’environnement. «Les gens en ont marre de ces responsables politiques qui égrènent sans cesse les mêmes laïus. Or les électeurs ne sont pourtant pas insensibles aux différents thèmes de l’écologie, de l’environnement et de la protection de l’Etang de Berre dans lequel nous nous baignions il y a plusieurs années de cela», a t-il confié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
Actualités

Fabienne Joly, nouvelle présidente de la Société du Canal de Provence

Après les scrutins régionaux et départementaux du mois de juin, les nouveaux administrateurs de la Société du Canal de Provence et d’aménagement de la région …

Lire la suite →
Actualités

Certificats d’économies d’énergie : de nouveaux programmes en faveur de l’usage du vélo

Promouvoir l’usage du vélo au quotidien grâce à la construction d’abris sécurisés ou à la livraison active de colis, tel est l’objet de deux programmes …

Lire la suite →
A la Une

Un rassemblement extraordinaire du monde du numérique au sommet de la cité phocéenne

La sixième édition de la soirée du Grand Opening organisée par l’association Medinsoft sous l’égide de Stéphanie Ragu, sa présidente, et de son équipe très …

Lire la suite →