Le magazine de la vie politique

IMG_0540

Entretien exclusif avec Serge Perrotino, maire de Cadolive et candidat aux élections législatives sur la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône

Dimanche, vous serez l’un des 13 candidats qui briguent le siège de député de la 10ème circonscription des Bouches-du-Rhône, quel est votre état d’esprit à cette heure ?

Serein, concentré et sérieux. J’ai battu campagne dans les 16 communes de la circonscription au contact des vrais gens. Comme je l’ai toujours fait. L’accueil est bon. On reconnait mon travail de proximité et on apprécie les nombreux projets que j’ai pu porter pour le territoire. Par exemple en ce moment on me parle beaucoup du dispositif «0 déchet» que j’ai mis en place qui est une solution simple, pragmatique et efficace pour réduire les déchets à la source. La plantation de 30 000 arbres sur le territoire revient également beaucoup dans nos échanges et a été une mesure très appréciée par la population. Au delà de ces contacts quotidiens plutôt très favorables sur le terrain, je me suis concentré à batir un programme sérieux pour notre circonscription et à le diffuser le plus largement possible.

L’élection législative est une élection trop importante pour que les Français ne se décident que sur une simple photo du candidat , comme certains de mes concurrents se sont bornés à faire par manque d’idées. Moi j’ai voulu convaincre par mon programme clair et bâti sur 3 piliers : la sécurité, le pouvoir d’achat, le cadre de vie !

Aujourd’hui je pense avoir fait une bonne campagne grâce aussi à tous les maires autour de moi qui me soutiennent et qui m’ont aidé à diffuser mes idées.

Dans cette campagne, vos adversaires vous ont reproché votre positionnement politique. Qu’en est il réellement ?

Vous savez ce qu’on dit «Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage !».

Mes adversaires sont fébriles car ils voient que ma campagne prend sur le terrain. Donc ils font feu de tout bois. J’y vois un bon signe pour moi. Mon positionnement ne fait pas débat et il est très clair : dans cette campagne je suis le seul candidat de la droite et du centre face aux extrêmes et à une candidate PS déguisée en macroniste qui ne maîtrise pas ses sujets. J’ai été investi par ma famille politique, Les Républicains et j’essaie de rassembler sur mes idées le plus large consensus de nos concitoyens de la droite et du centre.

Quand vous voyez les positions défendues par la fausse candidate macroniste notamment sur le logement, vous vous apercevez vite que ce sont les mêmes idées socialistes que François Hollande et qu’elles aboutiraient à accroitre la construction des barres d’immeubles dans nos villages. C’est sa vision bobo parisienne du logement. Ce n’est absolument pas ma vision pour ce territoire qu’il faut préserver ! D’ailleurs c’est dans cet esprit de concertation avec les maires que nous avons élaboré le PLUi du Pays d’Aubagne et de l’Étoile.

Pourquoi vous être embarqué dans cette élection, quels sont vos atouts selon vous ?

J’ai d’abord la chance d’avoir rassemblé autour de ma candidature 12 des 16 maires de la circonscription, les conseillers départementaux de la circonscription, et le Président de Région Renaud Muselier et je les remercie encore de la confiance qu’ils m’ont accordée.

Cela prouve ma probité, mon engagement et la crédibilité de mon programme. J’essaie de rassembler le plus grand nombre de nos concitoyens sur un programme et une vision pragmatique de la circonscription.

Cela prouve également que nous sommes, avec ma suppléante Véronique Miquelly, les seuls candidats de bon sens avec un ancrage local.

Nous connaissons parfaitement les dossiers de la circonscription, notre territoire et ses habitants. Le seul débat qui nous a opposés l’a d’ailleurs prouvé. La candidate socialiste de Macron ne connait absolument pas la circonscription ni ses enjeux.

Quant à la candidate NUPES, elle a carrément préféré ne pas participer au débat.

Si vous êtes élu député de la 10ème circonscription dimanche 19 juin, quelles seront vos priorités ?

Comme je vous le disais, mon programme s’appuie sur 3 piliers :

Avant tout la sécurité ! C’est la première des libertés. Je ne peux pas me résoudre à voir l’augmentation des violences et des incivilités sans ne rien faire. Moi à l’inverse de la candidate mélenchoniste NUPES j’aime la police et je les remercie de nous protéger. Les propos de Jean- Luc Mélenchon sont intolérables dans une République.

Élu député, je porterais d’ailleurs une proposition de loi pour instaurer la présomption de légitime défense pour chaque policier pris dans une altercation.

Ensuite le pouvoir d’achat. L’inflation va durer jusqu’en 2024 selon les observateurs. Il faut se saisir de ce problème dès aujourd’hui en revalorisant le travail. Le travail doit payer ! Celui qui travaille doit pouvoir voir la différence à chaque fin du mois sur sa fiche de paie. Je défendrai donc l’exonération totale des charges et sans plafond pour les heures supplémentaires.

Enfin le cadre de vie. Je ne veux pas de barres d’immeubles dans nos villages ! C’est la vision défendue par Paris. Je n’en veux pas chez nous. Nous pouvons être vertueux écologiquement, défendre un urbanisme raisonné et vivre dans un pavillon. N’en déplaise aux ayatollah écologistes qui rêvent de construire des immeubles et de nous ramener à l’époque de la charrette et du foin. Moi je suis pour une croissance verte, une écologie positive et non pas punitive. Je proposerai de remettre à plat les lois Climat-Résilience et SRU pour les adapter aux spécificités de chacun de nos villages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

Une fête des terrasses sous le signe de la bonne humeur et de la convivialité sous le soleil de Cassis

Le 1er juillet 2022, Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France a lancé la 3ème édition de la …

Lire la suite →
Actualités

Le nouveau Conseil de Provence décrypte la guerre en Ukraine le mardi 5 juillet 2022 à l’hôtel du département

Quelles sont les conséquences de la guerre en Ukraine sur les grands équilibres mondiaux, mais aussi sur notre quotidien, sur notre territoire ? Comment évoluera …

Lire la suite →
A la Une

La déclaration de politique générale de la Première ministre Elisabeth Borne aura lieu mercredi 6 juillet 2022 à l’Assemblée et au Sénat.

Elisabeth Borne prononcera sa déclaration de politique générale mercredi 6 juillet 2022 devant le Parlement, à 15H00 à l’Assemblée nationale, puis à 21H00 au Sénat, …

Lire la suite →