Le magazine de la vie politique

cf8ee0537a_121131_agriculture-bio-france

Feu vert des 27 pays européens pour atteindre 25% d’agriculture bio d’ici 2030

Les ministres européens de l’Agriculture, réunis à Bruxelles, ont donné leur feu vert à un plan d’action visant à consacrer au moins 25% des terres agricoles de l’UE à l’agriculture biologique d’ici 2030, contre 8,5% actuellement. “Il s’agit d’une approche complète: l’objectif principal est de consacrer 25% des terres au bio. Mais il faut également promouvoir l’alimentation bio, développer l’industrie de transformation des aliments bio, élargir les marchés”, a expliqué le commissaire européen à l’Agriculture Janusz Wojciechowski.

Les Etats membres ont été unanimes à soutenir l’orientation, non contraignante, proposée par la Commission européenne dans le cadre de sa stratégie “De la ferme à la fourchette” destinée à améliorer les circuits alimentaires, notamment en renforçant la part d’agriculture bio, plus respectueuse de la biodiversité. “Je m’en réjouis car auparavant, il y avait des controverses sur le caractère réaliste ou non de cet objectif de 25%. Désormais, les Etats ont la volonté de contribuer à le concrétiser”, a évoqué le commissaire polonais.

En pratique, chaque gouvernement devra adapter son plan stratégique national, c’est-à-dire la façon dont il entend allouer les fonds de la Politique agricole commune (PAC).

La réforme de la PAC, récemment approuvée par les Vingt-Sept, prévoit un système d’écorégimes, primes récompensant les agriculteurs respectant des critères environnementaux définis au niveau des Etats (conversion en bio, mais aussi usage réduit d’eau, jachères, haies).

Le plan adopté propose également de muscler les fonds de développement rural de la PAC en faveur des cultures biologiques, ainsi que les mécanismes d'”assistance technique” aux agriculteurs. Il prévoit de promouvoir activement la commercialisation des produits bio, identifiés par un logo de l’UE, en renforçant leur présence dans les cantines et en les intégrant aux marchés publics, tout en améliorant la traçabilité pour mieux combattre les fraudes.

Les ventes de produits bio sur le continent ont plus que doublé en dix ans: chaque consommateur européen y consacre annuellement environ 84 euros, selon la Commission.

Les ONG écologistes restent circonspectes, jugeant l’objectif de 25% trop peu ambitieux, et redoutant qu’au-delà du bio, les critères conditionnant les écorégimes ne soient pas suffisamment stricts pour développer des pratiques durables dans l’agriculture conventionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Un salon fédérateur, didactique et passionnant pour les maires de la région Sud

La convention annuelle des maires de la région Sud se tiendra, le 22 octobre 2021, au Palais du Pharo, à Marseille. Son thème sera cette …

Lire la suite →
A la Une

Rénovation énergétique : les professionnels craignent un nombre de passoires thermiques plus élevé que prévu

La Fnaim (Fédération nationale de l’immobilier), l’Unpi (Union nationale des propriétaires immobiliers) et l’association Plurience qui regroupe les treize plus gros acteurs du marché de …

Lire la suite →
Actualités

Le festival Image de ville propose une projection du film L’Étang de Berre de Camille Goujon

Ce projet a pour sujet l’histoire de l’Étang de Berre, en partant de l’observation d’une collection de cartes postales ayant pour sujets les sites industriels …

Lire la suite →