Le magazine de la vie politique dans la région Sud

P1450908

La Ciotat : La voie douce fait la part belle à la qualité environnementale

La seconde tranche de la voie douce, une promenade urbaine, d’environ 5 km à La Ciotat, est désormais ouverte au public depuis le 23 décembre 2020. Après une première phase de 2,3 km en 2013 puis une seconde en 2019 avec un linéaire de 2,7 km, les derniers travaux entrepris avec un passage sous un tunnel de 164 mètres permettent désormais de relier le quartier de l’Abeille à la gare SNCF, pôle multimodal des communes de La Ciotat et de Ceyreste.

Inaugurée en 2013, la première tranche de la voie douce a permis d’aménager 2,3 km reliant les quartiers Est de la ville au centre ancien en desservant différents équipements publics. Dotée d’un mobilier urbain de qualité et de nombreuses espèces végétales, cette voie permet aux habitants et aux visiteurs de la commune des déplacements fonctionnels et d’agréments. Au printemps 2019, la belle balade urbaine permettant de relier la ville de La Ciotat d’Est à l’Ouest, s’arrêtait avenue Guillaume Dulac, à proximité de la Bastide Marin et de l’allée des Chênes en direction de Ceyreste. Aujourd’hui, elle se poursuit pour s’étendre jusqu’à la gare SNCF, pôle multimodale en pleine mutation. Le second tronçon est désormais accessible depuis le 23 décembre 2020 avec un linéaire de 2,7 km. L’ensemble de ce périple pour les marcheurs représente près de 5,5 km à partir de l’office du tourisme.

Concrètement, cette seconde phase part du quartier de l’Abeille et suit l’avenue Guillaume Dulac en direction du vallon du Val tendu. Elle ressort à l’impasse Roumanille, traverse l’avenue éponyme et passe devant l’ancien bâtiment de la gare de Ceyreste pour rejoindre, in fine, la gare. Dans cette partie accidentée, les falaises ont été sécurisées et enserrées dans des filets. Des milliers de m2 de béton ont été coulés pour recouvrir les voies ferrées et créer un espace propice pour les marcheurs ainsi que les personnes à mobilité réduite. Le montant global de cette seconde tranche est de 0,54 M€ HT financés à hauteur de 2,8 M€, 0,9 M€ par l’Union Européenne dans le cadre du FEDER et 1,9 M€ par la ville de La Ciotat.

Une mobilité douce

Depuis plusieurs années, les collectivités ont souhaité aménager cette liaison dédiée aux déplacements piétons et cyclables. «La voie continuait à être utilisée par les Ciotadens. Ce fut là une réelle motivation pour la ville et le département d’entreprendre un tel projet», confie Jean-Marc Martinez, conseiller municipal délégué à l’environnement de La Ciotat. Cette voie représente un exemple parfait d’un projet qui s’inscrit avec acuité dans le cadre du schéma directeur envionnemental. Il assure, pour l’élu, un réel équilibre entrfre aménagement urbain et espaces naturels dans un cadre éco-responsable.

La municipalité soucieuse de la qualité environnementale a ainsi souhaité favoriser les déplacements pietonniers et cyclistes. «C’est un mobilité douce et pas active pour les habitants et les touristes qui privilégie avant tout la marche, la randonnée pédestre», confie Jean-Marc Martinez.

En plus des aménagements paysagers, l’accent sera mis sur les différents moyens de déplacement. «Il y aura des places pour les vélos, les motos et cinq places pour les personnes à mobilité réduite. Des bornes de recharge pour les véhicules électriques seront installées et une free lotting avec des tweezy sera proposée au public», précise également l’élu. L’objectif est pour la ville d’externaliser les zones d’échange avec différents modes de transport. Un système de liaison avec le centre-ville sera mis en place avec une gare toutière et des autobus.

Un tunnel sécurisé

Véritable vestige du passé ferroviaire de la ville, le tunnel de 164 mètres de long est ornée de cadres d’exposition permettant des rétroprojections lumineuses diffusant des animations son et lumière. Cet équipement emblématique de cette voie est en fait entièrement sécurisé. Ce monument est doté de caméras de vidéosurveillance directement reliées au CSU (Centre de Supervision Urbain) grâce à la fibre et d’un système anti-intrusion des deux roues motorisées.

C’est la société TPF Ingénierie qui a été chargée d’assumer la responsabilité de la consolidation des falaises mais aussi de la voirie et de l’éclairage. Aux côtés de TPF ingénierie, l’APIC (Agence Paysage Ingénierie Conseil) a géré les espaces verts et les jeux installés tout au long de cette voie.

L’architecte Christophe Caire assure, quant à lui, le projet de rénovation de la halte de Ceyreste qui deviendra la future Maison de pays. L’architecte a réalisé par ailleurs auparavant le parking en silo à proximité de la voie douce. A terme, la gare disposera de près de cinq cent places de stationnement avec outre le parking en silo, les deux parking en surface de cent ving places chacun.

Un écrin naturel

Cette seconde tranche constitue un écrin de nature méditerranéenne avec 8 500 m2 de surface végétalisée. «Ce sont une centaine d’arbres ont été plantés, des espèces feuillues, des tilleuls, des érables, des chênes, des frênes ainsi que des arbustes comme des alaternes, des coronilles, des filaires, des pittosporum. Ils seront entourés de plantes vivaces comme des herba-chats, des œnothères, mais aussi du thym et de la sauge et des essences méditerranéennes résistantes en toute saison», explique Ludovic Baudot, architecte paysagiste, directeur de l’agence Paysage Ingénierie Conseil.

Jeux d’équilibre

Ce nouveau tronçon est ainsi doté de jeux d’équilibre et de musculation pour adolescents, de jeux d’enfants avant le tunnel, d’une aire de fitness à Dulac ou encore d’un espace ludique à la halte de Ceyreste, un édifice de 120 m2 où sera située la future Maison de Pays.

Une agence spécialisée et performante

L’APIC (Agence Paysage Ingénierie Conseil) qui emploie trois salariés est un bureau d’études de paysagistes bénéficiant de vingt années d’expérience. Elle allie à la fois des ingénieurs paysagistes, des urbanistes et des techniciens paysagistes diplômés. Ludovic Baudot, son gérant, a le titre de paysagiste concepteur au sens du décret de 2017 et de son application.

Ludovic Baudot a obtenu un diplôme d’ingénieur des techniques et du paysage d’Angers (ENITHP – INH) en 1994. Il possède également une attestation individuelle d’autorisation de la part du Ministère de la transition écologique et solidaire du titre de paysagiste concepteur le 20 avril 2018. Après un passage dans un bureau d’études de paysage, il passe le cocnours national de l’ONF entnat qu’ingénieur paysagiste chargé d’études. C’est en 2000 qu’il créé l’agence APIC. Elle gagne très rapidment des concours de graende renommée comme le parc du Mugel, labelisé jardin remarquable de France en 2007 ou encore le Jardin de la ville, tous deux à La Ciotat.

Ces nombreuses compétences permettent à l’Agence de réaliser à la fois des missions d’études et des missions techniques complexes. Cette configuration permet une approche globale du projet, tant sur le plan conceptuel, technique que financier. «Notre expérience est prouvée par de nombreuses réalisations et études paysagères de parcs, jardins et espaces publics y compris écoles», précise Ludovic Baudot.

C’est en particulier le cas à Grans avec deux projets remarquables : Il s’agit tout d’abord de l’aménagement du parc de la Gaillière d’1,5 ha en 2016, un projet au bord de la Touloure comportant entre autres une piste cyclable.

Parc de la Gaillière Grans

C’est également le cas aussi à Grans avec l’aménagement du square Laurens de 4000 m2 en 2017. Ce projet d’un montant de 0,7M € sur le thème de l’eau avec la présence d’une source a vivement séduit la population.

Square Laurens Grans

De plus, l’APIC a réalisé des entrées de ville, à Venelles, Lançon-de-Provence et une dernière est en cours à Coudoux.

Ses domaines d’interventions sont variés et sa connaissance de ce type d’aménagement technique, sensible en site urbain est avérée. Plusieurs de nos aménagements le prouvent en voiries, parkings, aires de jeux, chemins piétonniers, places et aménagements paysagers.

Square Laurens Grans

L’agence est aussi spécialisée dans les aménagements de jardins économes en eau et de bord de mer, raison pour laquelle elle a été maintes fois sollicitée dans le cadre de formations (ARF, CNFPT, Villes…), et retenue pour des réalisations importantes (entrées de ville, ronds-points, parcs, rocailles…).

Elle a d’ailleurs co-rédigé plusieurs ouvrages dont certains sur ces thématiques. Il a participé à la rédaction de l’ouvrage « Un beau jardin avec moins d’eau » aux éditions Horticolor / Vilmorin en 2009. « Bien choisir ses plantes économes en eau » avec C. Bernard et P. Cuche aux éditions Artemis Horticolor en 2010.

En plus de nombreuses réalisations seul ou en groupement, Ludovic Baudot a co-rédigé plusieurs ouvrages dont le cahier des prescriptions « Pour l’aménagement durable des Espaces Verts de la Ville de Marseille». Avec Alain Guerittot, en 2004, il a co-rédigé un livre intitulé « Arbustes de France » avec J. Gourrier et M. Bauvais aux éditions Artemis qui a obtenu un franc succès.

Jean-Pierre Enaut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Elections régionales : Jean-Laurent Félizia retire sa liste. Un duel RN-LR se profile donc au second tour le 27 juin 2021

Le chef de file de la liste d’union de la gauche et écologistes, arrivée en 3e position au premier tour des élections régionales en Provence-Alpes-Côte …

Lire la suite →
Actualités

Elections régionales: 68% d’abstention !

Les élections régionales du 20 juin 2021 ont été marquées par un taux d’abstention record, inégalée. C’est même le taux d’abstention le plus élevé à …

Lire la suite →
A la Une

Elections Régionales : Thierry Mariani devance ses deux principaux concurrents, Renaud Muselier et Jean-Félizia. Jean-Marc Governatori fait un excellent score avec 5,3%.

C’est une élection surprenante avec tout d’abord un taux d’absention record de l’ordre de 66% et des résultats qui ne sont pas conformes aux prévisions. …

Lire la suite →