Le magazine de la vie politique

DSCN5420

La politique doit redevenir une noble cause pour Patricia Rolland, principale de collège, viticultrice, candidate aux élections législatives.

Enfant de la Haute-Provence où elle vit et cultive la terre, attachée à ses racines et à la ruralité, Patricia Rolland a à cœur de défendre des problématiques locales au travers d’enjeux nationaux. Ce sont les raisons pour lesquelles elle a décidé avec beaucoup de conviction d’être candidate aux élections législatives dans la première circonscription des Alpes-de-Haute-Provence sous la bannière du mouvement L’Écologie Au Centre, un mouvement soutenu par Génération Animal et Cap 21, un parti présidé par Corinne Lepage. «Je désire porter des valeurs fortes qui appellent à une nouvelle société, plus respectueuse, responsable, solidaire et coopérative».

Très active, Patricia Rolland qui se définit à la fois comme opérative et spéculative a une double activité professionnelle. Elle assume aujourd’hui la fonction de principale dans un collège du centre-ville de Marseille et elle gère également une ferme à Turriers dans les Alpes de Haute-Provence. «Je suis viticultrice. Je vais avoir ma première cuvée cette année. J’ai aussi un élevage de chevaux», confie la jeune femme très éprise des animaux. Mais elle cultive également la lavande ainsi que les plantes médicinales dans ce superbe département très coloré. «J’ai fait l’école de Lyon et j’ai appris la culture des plantes me permettant de faire mes propres crèmes. Je suis aussi un peu apicultrice. J’ai une petite production de miel, essentiellement pour la famille et les amis», précise t-elle.

Aujourd’hui, elle s’adonne avec fougue à une autre activité, l’engagement politique en briguant un mandat de député dans la première circonscription des Alpes de Haute-Provence. «Cette élection sera l’occasion pour moi de porter cette voix de Provence. Mon ambition est de contribuer à un projet devenu essentiel à la survie de notre planète et de nos territoires», souligne t-elle.

De par ses racines paysannes, cette écologiste par nature défend avec force, sur les terres de ses ancêtres, les petites et moyennes exploitations agricoles de par sa propre expérience dans la viticulture et la lavande et surtout l’héritage familial avec un père éleveur de moutons et de brebis. Sans oublier l’élevage équin, sa passion, tout autant que son amour pour les animaux.

 

Sa mère dignoise, qui était institutrice lui a donné le goût des études et de l’école républicaine. Son père bas-alpin, éleveur ovin, lui ayant inculqué le respect de la nature et du monde animal, tout autant que l’amour de la terre. «Ce fut un paysan au sens noble du terme qui mena une dure vie de labeur», évoque la jeune femme très érudite qui toute jeune lisait Montesquieu dans les champs. Par leurs métiers, ses parents ont ainsi délivré respectivement tout au cours de leur vie une nourriture terrestre ou spirituelle, mais dans les deux cas, toujours au service du bien commun et de valeurs comme la liberté, l’égalité, la fraternité et également la laïcité, une valeur essentielle à ses yeux. La richesse de cet héritage inspire toujours Patricia Rolland dans son attachement profond au service public et à la Haute-Provence.

Si elle a effectué une formation à l’IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense Nationale) et une préparation à l’IGPDE (Institut de la Gestion Publique et du Développement Économique), lui permettant d’être admissible à l’ENA, Patricia Rolland qui a obtenu le diplôme de l’Ecole Supérieur de Journalisme de Paris ainsi qu’une maîtrise en information et en documentation, a souhaité s’orienter in fine vers l’Éducation nationale en suivant un cursus universitaire en partie sur Aix-en-Provence et sur Turin, en décrochant par ailleurs une Maîtrise en Histoire et Italien. La jeune femme, très intellectuelle, est également titulaire d’un DEA d’études romanes (thèse sur l’unité italienne à l’université de Provence).

CAPES en poche, elle enseignera tout d’abord en réseaux d’éducation prioritaire à Créteil dans le Val de Marne, puis dans la Seine Saint-Denis avant de revenir en Provence à Marseille en 2014 tout d’abord à la cité scolaire de Marseilleveyre comme chef d’établissement pendant six années puis à présent en tant que principale dans un collège du centre-ville de la cité phocéenne.

Titulaire du diplôme d’ambulancier-sauveteur-réanimateur, elle fût élevée au grade de commandant dans le Service Santé des Armées où elle participa à des missions humanitaires en France et en Outre-mer (La Réunion, Madagascar).

Réserviste depuis 2015, elle contribue aux travaux de rayonnement de la région. Membre active de plusieurs associations patriotiques et en particulier l’Ordre de Malte, elle œuvre également pour établir des liens concrets entre les Armées et les collèges-lycées. Les rapprochements interculturels lui tiennent particulièrement à cœur (USA, Italie, Chypre).

Aujourd’hui, elle désire s’engager pleinement pour différentes causes qui lui tiennent particulièrement à cœur comme la préservation de l’environnement, la préservation des terres agricoles, le respect d’autrui, la cause animale. Ce sont ces causes ardemment défendues par le mouvement L’Ecologie au centre qu’elle entend désormais porter avec la pugnacité qui la caractérise. «Je désirais m’investir pour une écologie ni radicale, ni punitive, loin de tous les extrêmes. Je prône a contrario une écologie réaliste au cœur de la société favorisant un avenir meilleur pour nos enfants», détaille t-elle.

Elle a une haute opinion de la politique. «C’est la vie de la cité et de la nation. C’est la chose publique, la res publica. Nous devons nous intéresser à la chose publique. L’engagement politique est noble comme peuvent l’être l’engagement syndical et l’engagement dans un conseil d’administration d’une entreprise. Il ne peut y avoir de désaffection», stipule t-elle.

Patricia Rolland a pris, fort judicieusement à ses côtés comme suppléant, Frédéric Stéphan, un talentueux photographe qui fait un travail éblouissant pour différents établissements culturels comme le théâtre Toursky ou l’Opéra de Toulon et qui cultive lui-aussi une belle fibre écologiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

Une fête des terrasses sous le signe de la bonne humeur et de la convivialité sous le soleil de Cassis

Le 1er juillet 2022, Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France a lancé la 3ème édition de la …

Lire la suite →
Actualités

Le nouveau Conseil de Provence décrypte la guerre en Ukraine le mardi 5 juillet 2022 à l’hôtel du département

Quelles sont les conséquences de la guerre en Ukraine sur les grands équilibres mondiaux, mais aussi sur notre quotidien, sur notre territoire ? Comment évoluera …

Lire la suite →
A la Une

La déclaration de politique générale de la Première ministre Elisabeth Borne aura lieu mercredi 6 juillet 2022 à l’Assemblée et au Sénat.

Elisabeth Borne prononcera sa déclaration de politique générale mercredi 6 juillet 2022 devant le Parlement, à 15H00 à l’Assemblée nationale, puis à 21H00 au Sénat, …

Lire la suite →