Le magazine de la vie politique

jean-pierre-maggi

L’ancien député maire de Velaux condamné à six mois de prison ferme pour favoristisme

Jean-Pierre Maggi, 76 ans, ancien député (PS) des Bouches-du-Rhône, maire de Velaux pendant 43 ans, a été condamné à six mois de prison ferme et à cinq ans de privation des droits civils et civiques dont l’éligibilité pour avoir notamment recruté des proches chez les pompiers des Bouches-du-Rhône.

Condamné pour sept infractions relevant de la prise illégale d’intérêt, du favoritisme et du détournement de fonds publics, Jean-Pierre Maggi qui a été maire durant 43 ans (1977-2020) de Velaux, près d’Aix-en-Provence, s’est vu infliger une peine de trente mois de prison dont 24 mois avec sursis, les six mois ferme devant être purgés à domicile sous surveillance électronique. Le tribunal a également prononcé la confiscation d’un appartement dont l’élu est propriétaire à Paris d’une valeur de 245.000 euros.

Durant les débats, l’élu avait reconnu avoir commis des erreurs en signant des arrêtés de recrutement, de titularisation et de promotion de sa compagne, du fils et du gendre de celle-ci, embauchés au sein du Service départemental d’incendie et de secours (dont il a assuré la présidence de 1997 à 2013). En revanche, il contestait un quelconque intérêt électoraliste à l’embauche prioritaire de jeunes habitants de sa commune sur les postes de “jobs d’été” au sein de l’établissement public. Certaines années, ceux-ci représentaient plus de la moitié des 60 à 90 saisonniers.

Le procureur avait requis contre l’ancien maire de Velaux quatre ans de prison dont trente mois avec sursis. Le tribunal n’a pas prononcé la confiscation d’une parcelle de la commune de Velaux vendue par la mairie, “à travers un habillage”, aux enfants de la compagne de Jean-Pierre Maggi.

Directeur du SDIS de 1997 à 2014, le colonel Luc Jorda, 71 ans, a été condamné à deux ans de prison dont dix-huit mois avec sursis, la partie ferme étant à purger à domicile sous surveillance électronique. Reconnu coupable de favoritisme et de détournement de fonds publics, l’ancien patron des pompiers des Bouches du Rhône s’est également vu infliger une interdiction d’exercer toute fonction publique pendant cinq ans et le tribunal a confisqué la part indivise d’un appartement qu’il possède avec son épouse à Montpellier.

Les deux prévenus se voyaient reprocher de s’être affranchi des règles des marchés publics pour la construction en 2008 d’un centre d’entraînement aux feux industriels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
Actualités

Fabienne Joly, nouvelle présidente de la Société du Canal de Provence

Après les scrutins régionaux et départementaux du mois de juin, les nouveaux administrateurs de la Société du Canal de Provence et d’aménagement de la région …

Lire la suite →
Actualités

Certificats d’économies d’énergie : de nouveaux programmes en faveur de l’usage du vélo

Promouvoir l’usage du vélo au quotidien grâce à la construction d’abris sécurisés ou à la livraison active de colis, tel est l’objet de deux programmes …

Lire la suite →
A la Une

Un rassemblement extraordinaire du monde du numérique au sommet de la cité phocéenne

La sixième édition de la soirée du Grand Opening organisée par l’association Medinsoft sous l’égide de Stéphanie Ragu, sa présidente, et de son équipe très …

Lire la suite →