Le magazine de la vie politique

Laurent Nunez P1

Laurent Nuñez, l’histoire d’une trajectoire républicaine

Rien ne prédestinait Laurent Nunez, né dans une famille modeste, à servir la République ou devenir membre d’un Gouvernement. Mais c’était sans compter sur sa détermination et sa volonté sans faille. Après avoir été secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur dans le gouvernement d’Edouard Philippe, il occupe désormais la fonction de coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme dans celui de Jean Casteix.

Issu d’une famille de pieds noirs d’origine espagnole ayant quitté l’Andalousie à la fin du XIXe pour s’installer dans la région d’Oran en Algérie, Laurent Nunez, de son nom complet Laurent Nunez-Belda, est né le 19 février 1964 dans le Berry. En 1962, deux avant sa naissance, ses parents sont rapatriés en France métropolitaine à Bourges. Sa mère est institutrice et son père architecte. Étudiant à Tours, Laurent Nunez se sent une vocation : celle de servir l’Etat. Très tôt, il connaît le sens de l’effort et s’emploie à tout pour réussir. D’abord inspecteur des impôts, il intègre en 1995 l’ENA. A l’issue de sa scolarité, il choisit le ministère de l’Intérieur. «C’est le ministère où l’on est directement en contact avec les Français et leurs problèmes, le ministère du concret et de l’urgence», estime t-il. Il s’y épanouit et la finesse de ses analyses y est très vite remarquée. Il enchaîne les postes entre Paris et les territoires. Un d’entre eux le marque : la Seine-Saint-Denis où il retient la volonté extraordinaire de faire et de s’en sortir de la jeunesse. Il sera ensuite sous-préfet à Bayonne et il devient préfet en 2012, comme directeur de cabinet du Préfet de police à Paris. Sa carrière continue à Marseille comme Préfet de Police puis en 2017, il prend la tête de la Direction générale de la sécurité intérieure. Là, il affronte en face la menace terroriste. Ce poste est aussi passionnant que prenant. En octobre 2018, celui qui a consacré sa vie à servir l’Etat dans l’ombre est appelé au Gouvernement. Le Président de la République l’appelle et lui propose de devenir secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Avec le ministre, la confiance est immédiate et l’entente réciproque ils forment une équipe soudée.

Un coup de foudre sportif

A Beauvau, il souffle alors décidément comme un air de Marseille. C’est d’abord le port d’attache. C’est là que ces parents, qui quittaient l’Algérie en 1962, débarquèrent en France avant de rejoindre Bourges. Marseille, ensuite, c’est un coup de foudre sportif. Laurent Nuñez est un grand amateur de football et, étudiant à Tours, il assiste à un match de D2 entre l’équipe de Touraine et l’OM. L’année d’après, l’OM monte en D1 et compte dans celui qui est encore un étudiant en droit un supporter fidèle. L’OM, pour lui, c’est avant tout une ambiance, une équipe qui fait corps avec son public. Le Vélodrome est le Chaudron des années 90 : il aime cette sincérité et cet engagement total et aujourd’hui encore, il suit avec attention les résultats de l’OM en championnat. Enfin, Marseille, pour Laurent Nuñez, c’est une histoire d’amour ; mais une histoire d’amour au sens propre. Il y a près de 30 ans, il rencontre son épouse, marseillaise. Il tombe amoureux d’elle et de sa ville, aussi. Il aime sa beauté, son caractère vibrant. Il aime sa diversité et sa sincérité. Mais plus encore que dans la ville, c’est dans les Marseillais que se reconnaît Laurent Nuñez. L’homme est resté un méditerranéen dans l’âme. Il aime cette ville où les gens sont entiers. Cette ville où l’on n’accepte pas la fatalité, où on a le sang-chaud et l’amour franc. Cette ville, où le rire facile cache l’exigence de l’amitié.

Une relation affective

Alors entre Marseille et Laurent Nuñez, c’est une relation forte et d’autant plus puissante qu’il y a été en poste, comme préfet de police des Bouches du Rhône entre 2015 et 2017. Dans ces fonctions, il peut s’engager pour sa ville à la hauteur de son affection pour elle. Il engage des chantiers majeurs et s’investit totalement pour combattre le trafic de drogue. Pour lui, c’est simple, la drogue mine la cité phocéenne. «C’est la drogue qui provoque les règlements de compte et les tensions; c’est elle qui enlève la vie à trop de jeunes et broie trop de familles», précise t-il. Lui-même est un père et il ne peut être insensible à ces destins brisés. Alors, Laurent Nuñez agit. Il fait travailler ensemble les services et obtient des résultats. Aujourd’hui, si Marseille fait figure d’exemple dans la lutte contre le trafic de stupéfiants, c’est en particulier grâce à son travail. Aujourd’hui, place Beauvau, la lutte contre les stupéfiants reste au cœur de ses engagements. Laurent Nuñez s’empare des dossiers, conseille, décide. La lutte contre la radicalisation fait partie de ses chevaux de bataille. De ses postes sur le terrain comme de son passage à la direction générale de la sécurité intérieure, il garde une conscience aigüe des menaces qui pèsent sur la France et du poison mortel que constitue la radicalisation.

Une expertise reconnue

Présent à Beauvau ou sur le terrain dans tous les moments, il met son expertise au service des Français. Si les sujets de sécurité sont au cœur de ses compétences, il ne s’en arrête pas là. Il fait partie des voix qui portent dans le Gouvernement et n’hésite pas à monter au front sur les plateaux ou lors des Questions au gouvernement – un exercice qu’il affectionne. Une rencontre suffit de s’en convaincre, Laurent Nuñez est bien plus qu’un expert. Il est avant tout un homme de sincérité et de conviction, qui ne rechigne pas au débat. Un homme qui croit à la force du collectif, donne sa confiance et son amitié et sait les entretenir. C’est un républicain ardent, qui croit que la France doit être unie et veut s’engager pour qu’elle le reste. C’est un homme de terrain. Aujourd’hui, il s’investit depuis le 15 uillet 2020 dans une nouvelle mission, s’inscrivant avec acuité dans le prolongement de la précédente, celle de coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme. Mais il demeure ouvert à d’autres missions et en particulier celle de s’investir sur Marseille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Un rassemblement extraordinaire du monde du numérique au sommet de la cité phocéenne

La sixième édition de la soirée du Grand Opening organisée par l’association Medinsoft sous l’égide de Stéphanie Ragu, sa présidente, et de son équipe très …

Lire la suite →
A la Une

Alliance Villes Emploi veut peser dans le débat des présidentielles

Insertion, territorialisation, commande publique responsable et transition écologique sont les quatre axes de travail sur lesquels les élus du réseau des collectivités impliquées dans l’insertion, …

Lire la suite →
Actualités

La relance économique, c’est parti avec la région Sud !

François De Canson, Vice-Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur en charge du Développement économique, de l’Attractivité, du Tourisme et de la Prévention des risques majeurs, …

Lire la suite →