Le magazine de la vie politique

Mohamed Laqhila

Le député Mohamed Laqhila tire la sonnette d’alarme sur l’affichage sauvage

Alors que la campagne électorale des élections législatives ouvre officiellement aujourd’hui, nous voyons fleurir depuis quelques jours déjà, dans chacune de nos communes des affiches des différents candidats, expression démocratique indispensable à la mobilisation des électeurs mais qui doit, selon le député Mohamed Laqhila, candidat à sa réélection, rester strictement encadrée.

Plusieurs habitants de sa circonscription l’ont interpellé sur le fait que deux candidats, peu scrupuleux quant au respect de l’environnement, de la loi et de l’esthétique des villes et villages, ne se gênent pas pour coller des affiches en dehors des panneaux d’affichage libre prévus à cet effet.

Dans certaines routes, ce sont des murs tout entier et autres mobiliers urbains qui sont pris pour cible. «J’ai déjà eu l’occasion en 2017 de m’exprimer à ce sujet, mais je veux redire ici que je trouve ces pratiques scandaleuses. Non seulement parce qu’elles sont antirépublicaines et en disent long sur la vision qu’ont ceux qui s’y adonnent, du mandat auquel ils aspirent, mais aussi parce qu’elles dénaturent nos paysages et engendrent des frais supplémentaires pour les collectivités, donc pour nos concitoyens, dont les municipalités ont la charge et qui devront prendre à leur compte le nettoyage de cette pollution dont les responsables se targuent pourtant de défendre notre environnement pour l’un et d’être Républicain pour l’autre», estime t-il.

En qualité de candidat, il veut donc réaffirmer son opposition à l’affichage sauvage et informer que il a très fermement proscrit cette pratique à ses militants. Si néanmoins cette règle interne était transgressée, il invite à prendre contact avec lui au plus vite et il s’engage à retirer l’affiche concernée dans les plus brefs délais.

En qualité de simple citoyen et de député, il veut répondre à ceux qui l’ont questionné à ce sujet et informer les autres en leur indiquant qu’il est possible d’agir contre ce fléau. «Si cet avertissement est insuffisant, sachez que la loi est de notre côté. En effet, cette pratique va à l’encontre non seulement du Code électoral, mais aussi du Code de l’Environnement», souligne t-il.

Depuis le début de son engagement politique, et notamment depuis les cinq années de mandat de député, il s’est battu avec la majorité présidentielle pour la préservation de l’environnement et l’amélioration du fonctionnement des institutions. «Les français demandent de la cohérence pour avoir confiance et ces agissements participent de leur désintérêt pour la parole publique», a t-il confié.

La campagne électorale ne donne pas tous les droits, encore moins celui d’abîmer les paysages comme lae démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

Le Comité Régional de Tourisme Provence Alpes Côte d’Azur se mobilise pour sensibiliser les visiteurs à l’adoption de comportements responsables en espaces naturels protégés.

Comme l’an dernier, le Comité Régional de Tourisme Provence-Alpes-Côte d’Azur relance une campagne de communication destinée à inciter nos visiteurs à adopter des comportements responsables …

Lire la suite →
Actualités

Laurent Nuñez va succéder à Didier Lallement à la tête de la préfecture de police de Paris

Laurent Nuñez, 58 ans, remplace à la tête de la préfecture de police de Paris Didier Lallement, dont le départ est attendu le 20 juillet. …

Lire la suite →
A la Une

Luberon.fr fédère deux nouveaux offices de tourisme autour de son offre

En mai 2021, Luberon.fr – guide touristique vauclusien lancé en 2013 par l’agence Web UP’nBoost (Pertuis) annonçait son partenariat avec l’Office du Tourisme Destination Luberon …

Lire la suite →