Le magazine de la vie politique

maxresdefault

Le plus long téléphérique urbain de France mis en service à Toulouse

Quatrième ville de France, Toulouse a mis en service ce 14 mai un téléphérique urbain, le plus long du pays, destiné à compléter, de façon décarbonée, son réseau de transport en commun.

Toulouse a mis en service le 14 mai Téléo, le troisième téléphérique urbain de France, après ceux de Brest et Saint-Denis, à La Réunion, et le plus long du pays.

Composée de 3 stations, la liaison de 2,7km, qui a été conçue pour fonctionner avec des vents jusqu’à 108 km/h et compte 15 cabines circulant à une fréquence de 1min30 en heures de pointe, franchit la Garonne et s’intègre au réseau de transport existant. «A Toulouse on a un réseau en étoile et on avait besoin d’une liaison transversale dans le sud de l’agglomération, pour aller d’une zone périphérique à une autre, sans passer par le centre», a précisé lors du lancement de Téléo Nicolas Misiak, le président de Tisséo Voyageurs, la régie publique de transport en commun de l’agglomération.

Au départ de la station de métro Université-Paul-Sabatier, les cabines couleur bleu gris s’élèvent vers le CHU Rangueil, au sommet d’une colline, avant de redescendre sur l’autre versant, au-dessus de falaises et de la Garonne, en direction de l’Oncopole, un centre hospitalier et de recherche. Spacieuses, elles peuvent embarquer 34 passagers, dont 20 assis et des fauteuils roulants ainsi que des cyclistes avec vélos, jusqu’à 75 mètres au-dessus du sol.

«L’université de sciences Paul-Sabatier, 20.000 étudiants, le CHU, l’Oncopole, ces trois sites doivent travailler ensemble», a souligné le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, au sujet de ce projet d’un coût de 82 millions d’euros. Il espère que Téléo, avec une capacité de 8.000 passagers par jour, contribuera à réduire le trafic automobile, en attendant la troisième ligne de métro, dont le chantier a débuté en 2021. «Ce sont les mêmes cabines que celles de la station de ski de Val d’Isère, dans les Alpes», fait remarquer Jean Souchal, le président de Poma, société spécialisée dans les infrastructures de sports d’hiver, avant de se diversifier dans les téléphériques urbains, de Rio à New York en passant par Barcelone. «On n’est pas en concurrence avec les autres modes de transport, on complète l’offre, le téléphérique va là où les autres ne peuvent plus aller», souligne le chef d’entreprise.

Les téléphériques urbains, s’ils se développent doucement, présentent pourtant des avantages dans les milieux urbains très denses, ou en cas de topographie particulière. «C’est un mode de transport très sûr, non bruyant, avec des vitesses commerciales intéressantes», relève Anne de Bortoli, experte en transports de l’Ecole nationale des ponts et chaussées de Paris.

«Equipement 100% électrique, son niveau d’empreinte carbone est trois fois moins impactant que le bus et cinq fois moins que la voiture», estime-t-elle, avant d’ajouter : «Un très bon bilan carbone, il faut absolument réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre en ville, et favoriser le transport en commun électrifié, c’est l’avenir.»

Avec seulement cinq pylônes sur 3 km, les ingénieurs de Poma ont aussi tenté de minimiser l’empreinte sur l’environnement. «C’est un mode de transport avec une intégration facile dans un milieu urbain. La vie ne s’arrête pas pendant le chantier. Un chantier de tram, c’est trois ou quatre ans de galère», estime Jean Souchal.

Des projets de téléphériques ont été lancés dans d’autres villes françaises comme Ajaccio, Grenoble et Créteil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

La France toujours en deçà des objectifs fixés, juge le Haut Conseil pour le climat

La réponse de la France au réchauffement climatique progresse mais reste insuffisante, estime le Haut Conseil pour le climat (HCC) qui a remis le 29 …

Lire la suite →
A la Une

Emmanuel Macron mettra en place avec Élisabeth Borne un nouveau gouvernement d’action début juillet 2022

Emmanuel Macron a demandé à la Première ministre Élisabeth Borne de lui présenter en fin de semaine prochaine des propositions pour un nouveau gouvernement d’action …

Lire la suite →
A la Une

Le Domaine du Parc Rambot, dans la cité du Roy René, lauréat de la Pyramide d’Argent 2022

La 19ème cérémonie des Pyramides d’Argent, organisée par la FPI Provence, a mis à l’honneur huit programmes immobiliers, lors d’une soirée tenue le 23 juin …

Lire la suite →