Le magazine de la vie politique

DSCN5375

Le Repmobile, un foodtruck gastronomique, bio et écoresponsable pour tous les publics sur les fonts batismaux

Après trois mois d’activité, le République, un restaurant, à la fois gastronomique et solidaire, créé par l’association La Petite Lili, enregistre un bilan très satisfaisant. Plusieurs actions de diversification ont été annoncées avec des projets de nouveaux restaurants, un boulodrome et d’ores et déjà un foodtruck qui va sillonner les quartiers de Marseille.

Une formule unique

La formule du République, un restaurant gastronomique qui associe d’une manière judicieuse à ses tables clients traditionnels et personnes dans le besoin ne payant le repas de Chef soit un euro par personne est unique. C’est le chef Sébastien Richard qui est à l’initiative de ce projet qui a d’ores et déjà séduit 1100 personnes depuis son ouverture il y a mois de trois mois. «Nous avons enregistré 35% de personnes qui ne payent uniquement un euro et 65 % de personnes qui payent un repas classique», souligne t-il. En fait la parité et la mixité sont les maîtres mot de cette aventure extraordinaire portée par l’association La petite Lili.

Sébastien Richard tient à préciser pour autant avec beaucoup de franchise: «Nous sommes propriétaires du bail, nous payons un loyer, certes minoré, nous réglons tous les fournisseurs. Nous avons obtenu uniquement une aide pour l’investissement», confie t-il.

Ainsi, Sébastien Richard avec son équipe dynamique et motivée de vingt cinq collaborateurs dont douze en insertion tire un bilan positif de ces premières semaines. «Nous avons eu un retour très positif des bénéficiaires au niveau de l’accès, du service à table, de la cuisine. Nous n’avions pas imaginé cela à ce point. Nous estimons que nous aurons plus de visibilité à six mois.»

Des projets concrets

La première action entreprise par l’équipe de la Petite Lili a consisté à se doter d’un foodtruck qui a pu être obtenu grâce au partenariat avec Provence Tourisme, une entité dirigée avec brio par Isabelle Brémond. Le RepMobile est ainsi un foodtruck gastronomique pour tous entouré de tables de marché pour démultiplier l’expérience du République sur le territoire. «Ce dispositif nous permet de nous rendre dès lors dans des endroits ou les personnes ne vont pas au restaurant», explique le chef.

Autre action entreprise depuis l’ouverture, la mise en place d’une terrasse de quarante places. Le prix oscillant de 10 à 15 euros est très incitatif. «Par contre, si la personne souhaite emporter des plats, le prix passe du simple au double», évoque Sébastien Richard. L’objectif est avant tout de privilégier l’activité in situ. Le restaurant disposant de plus de 1280 m2 privilégie avant tout des repas de qualité avec une tendance bio, des circuits courts. «Nous nous approvisionnons au MIN qui nous fournit 70 à 80 % des matières premières et à 100 km à la ronde», rajoute t-il.

Par la suite, le République cherche à se déployer dans le département. Ce sont trois projets dans trois lieux distincts qui sont presque signés. «Nous devrions avoir deux corners intramuros à Marseille et un hors Marseille», souligne le chef. Au-delà des Bouches-du-Rhône, les perspectives sont réelles avec des projets d’ouverture à Caen, Lille, Bordeaux, Paris avec des demandes de franchise.

Enfin, le public pourra retrouver l’une des attractions de ce lieu singulier, le fameux boulodrome historique couvert qui se situe dans le sous-sol de ce restaurant qui fut jadis le fameux Café parisien.

Une formation diplômante

Mais l’un des objectifs majeurs de Sébastien Richard et de son équipe est de proposer une formation diplômante pour les salariés en insertion. «Nous avons des personnes en insertion pour six, huit douze mois voire vingt quatre mois. Nous aimerions qu’ils puissent disposer d’une formation diplômante. Ils ont d’ores et déjà été sollicités par de nombreux chefs», estime t-il.

Face à la pénurie de main d’œuvre, Sébastien Richard a annoncé la difficulté de recruter. Aujourd’hui, en France, il y a une possibilité de sourcer des personnes. «Les bénéficiaires grandissent avec nous. Ils prennent des responsabilités, passent des commandes», souligne t-il. L’enjeu est à terme de créer un CFA Restauration. «Nous avons d’ores et déjà pour cela noué des contacts avec différentes structures comme l’Avarap, le Cloître, l’Espace Emploi», a t-il évoqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

La France toujours en deçà des objectifs fixés, juge le Haut Conseil pour le climat

La réponse de la France au réchauffement climatique progresse mais reste insuffisante, estime le Haut Conseil pour le climat (HCC) qui a remis le 29 …

Lire la suite →
A la Une

Emmanuel Macron mettra en place avec Élisabeth Borne un nouveau gouvernement d’action début juillet 2022

Emmanuel Macron a demandé à la Première ministre Élisabeth Borne de lui présenter en fin de semaine prochaine des propositions pour un nouveau gouvernement d’action …

Lire la suite →
A la Une

Le Domaine du Parc Rambot, dans la cité du Roy René, lauréat de la Pyramide d’Argent 2022

La 19ème cérémonie des Pyramides d’Argent, organisée par la FPI Provence, a mis à l’honneur huit programmes immobiliers, lors d’une soirée tenue le 23 juin …

Lire la suite →