Le magazine de la vie politique

chats-errants-scaled

L’errance féline, un véritable fléau sociétal

Depuis 1995, l’association One Voice qui défend les animaux mène une lutte non violente pour leurs droits fondamentaux. Chaque mois, elle organise une action de sensibilisation simultanément dans ses différentes antennes sur le territoire. Après l’usage et le commerce des fourrures, elle a choisi de se pencher sur le thème de l’errance féline. Une action a ainsi été organisée le 13 mars 2021 aux Allées Provençales, à Aix-en-Provence. Reportage exclusif.

Les animaux sont des êtres sensibles. Chacun d’eux a des désirs, des joies, des peines, l’envie de vivre. C’est à partir de ce postulat que l’association One Voice s’est engagée depuis plus de vingt cinq ans pour le respect des droits des animaux et la dignité de chaque individu.

Elle se bat avec passion et détermination pour différentes causes comme la fin de l’expérimentation animale, la fermeture des delphinariums, l’abolition de la chasse, de l’esclavage des animaux dans les cirques et de leur torture pour la fourrure. Ses actions ont très souvent abouti grâce à la pugnacité de ses militants. C’est le cas de l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques. Autre réussite avec le combat pour l’interdiction des delphinariums dans trois sites, le Marineland d’Antibes, le Parc Asterix et Planète sauvage. «Le projet a d’ores et déjà été accepté à l’Assemblée nationale et nous attendons le retour du Sénat», explique Sylviane Réau, référente de l’association pour les Bouches-du-Rhône.

Des animaux protégés

L’association mène aussi un combat sans relâche contre l’errance féline qui est indéniablement la cause de beaucoup de souffrances. Chiens et chats le plus souvent, mais aussi d’autres animaux dépendants de l’humain, se retrouvent sans abri, luttant tant bien que mal pour leur survie. One Voice dont le siège est à Vannes en Bretagne se bat pour eux en France et même partout dans le monde. Aujourd’hui les chats ne sont plus considérés comme des objets. Depuis le 1er janvier 2015, ces êtres vivants sont protégés par la loi.

En France, il existe vingt deux antennes de Paris à Nice en passant par Montpellier, Toulouse et Gap bénéficiant d’une équipe de passionnés qui s’engage avec abnégation pour les différentes causes et en particulier celle de la lutte contre l’errance féline. Dans le département des Bouches-du-Rhône, l’association, sous l’égide de Sylviane Réau, sa référente, est très active avec plus de quatre vingt militants. «Depuis octobre 2020, nous organisons des actions en simultané au niveau national. Cela a été le choix de la direction de l’association pour mieux faire entendre nos revendications» confie cette professeur des écoles, investie dans cette entité depuis septembre 2020.

Un campagne nationale

La problématique de l’errance est aussi vaste que complexe. Les principales victimes en sont les chats et les chiens, dont la surpopulation, en l’absence d’une politique de stérilisation systématique, est à l’origine de beaucoup de souffrances. En France, il existe 14 millions de chats en famille et on ne compte pas moins de 10,7 millions de félins dans les rues. L’espérance de vie de ces félins est de 10 à 15 ans en foyer et seulement de 4 à 6 ans lorsque ces animaux sont livrés à eux-même. A Marseille, ce sont plus de 5000 chats errants qui doivent être stérilisés. Au final, les chats ramassés par les fourrières sont ensuite euthanasiés.

En France, la stérilisation et l’interdiction de la vente par petites annonces sont au cœur de sa campagne. La domestication a toutefois créé des animaux dépendants de l’humain. L’errance n’est en rien synonyme de liberté pour eux. Solitude, faim, soif, peur, intempéries, sont autant de difficultés auxquelles ils doivent faire face.Les chats errants sont le plus souvent victimes de maladies graves comme la leucose (sida du chat) ou le coryza mais aussi victimes de cruautés de la part des humains. Régulièrement pris pour cibles par certains humains, ils doivent faire face à une violence sans bornes : lapidations, noyades, étranglements, immolations. «De nombreux actes de violence sont hélas perpétués par les humains. Cela va de la lapidation à l’empoisonnement», déplore Sylviane Réau. La Cellule Zoé de One Voice poursuit en justice leurs tortionnaires.

 

À l’étranger et en outre-mer, comme en Chine ou à l’île Maurice et à la Réunion, des abattages massifs sont programmés, contre lesquels One Voice saisit les tribunaux et mobilise l’opinion publique. À Darjeeling, en Inde, elle agit avec son partenaire local, DGAS. Elle y a déjà financé la construction d’une clinique et d’un refuge pour l’accueil et l’adoption des animaux abandonnés et y soutient les campagnes de stérilisation/vaccination des chiens et des chats. Les enquêteurs de l’association vont aussi à la rencontre des chats sans abri pour dénoncer le calvaire qu’ils subissent au quotidien et soutenir dans leurs actions ses refuges partenaires qui les nourrissent et les stérilisent.

Une action tripartite

En 2012, l’association One Voice a mis en place un partenariat innovant avec une maison de retraite qui a permis la création d’une structure d’accueil pour plusieurs chats sans famille. L’objectif, qui a été atteint, était d’apporter du réconfort aux personnes âgées comme aux chats, en faisant de l’endroit un lieu de rencontre intergénérationnel entre les séniors, les enfants et les chats.

Aujourd’hui, le projet Chatipi vise à développer un partenariat entre une municipalité, One Voice et une association afin de financer des petits chalets sur des terrains publics ou privés. Ce projet mené sur cinq ans vise également à mener des actions de stérilisation de quinze achats. «D’ores et déjà une première action sera mise en place en mai 2021 dans les Bouches-du-Rhône, aux Pennes Mirabeau», se félicite Sylviane Réau qui regrette néanmoins le peu d’adhésion des communes à ce dispositif pertinent.

A présent, One Voice demande un plan de lutte et de stérilisation au niveau national. Ce problème d’errance s’avère nuisible tout particulièrement en matière de biodiversité car les chats errants attaquent même les oiseaux. La loi oblige pourtant les mairies à mettre en place un plan de stérilisation. «Pour l’heure, seules trois communes dans le département ont eu la volonté de le faire. Il s’agit d’Aix-en-Provence, de Cabriès et de Septème-les Vallons», confie Sylviane Réau.

Ce phénomène va prendre une ampleur considérable dans les années à venir. Le nombre de chats errants va croître de plus en plus. «Ce seront dix mille chats errants qui vont apparaître à partir d’une simple descendance sur sept années», précise t-elle. Pour informer le public sur l’ampleur de ce problème, One Voice utilise également les réseaux sociaux comme Facebook et développe des actions en partenariat avec d’autres entités comme L 214. En avril, l’association avec toujours autant d’enthousiasme, s’attaquera à un autre problème, encore plus délicat, l’expérimentation animale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
Actualités

Fabienne Joly, nouvelle présidente de la Société du Canal de Provence

Après les scrutins régionaux et départementaux du mois de juin, les nouveaux administrateurs de la Société du Canal de Provence et d’aménagement de la région …

Lire la suite →
Actualités

Certificats d’économies d’énergie : de nouveaux programmes en faveur de l’usage du vélo

Promouvoir l’usage du vélo au quotidien grâce à la construction d’abris sécurisés ou à la livraison active de colis, tel est l’objet de deux programmes …

Lire la suite →
A la Une

Un rassemblement extraordinaire du monde du numérique au sommet de la cité phocéenne

La sixième édition de la soirée du Grand Opening organisée par l’association Medinsoft sous l’égide de Stéphanie Ragu, sa présidente, et de son équipe très …

Lire la suite →