Le magazine de la vie politique

csm_DR019832-Region-Sud---Cintas-Flores-Regis-Inauguration-du-Pole-d_Echange-Multimodal-_ORI_5572495d74

Les phases 1 et 2 de la ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur, un grand projet d’aménagement du territoire

Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France, a accueilli le 28 février 2022 à l’hôtel de région, Jean-Baptiste Djebarri, Ministre délégué auprès de la Ministre de la Transition écologique chargé des Transports, à l’Hôtel de Région, dans le cadre de la Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur.

A cette occasion, l’Etat, la Région, la SNCF Réseau et l’ensemble des partenaires présents, ont présenté le grand projet d’aménagement du territoire et ont signé le protocole de financement des phases 1 et 2 de la ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur.

Les Transports sont la première des priorités pour la région. Cela s’est confirmé avec la crise sanitaire qui rend encore plus indispensable un réseau de transports sûr, fiable et écologique. «Nous avons voté le budget 2022 vendredi dernier. Cette année encore, nous investirons 700 millions d’euros, après avoir investi 1,2 milliard d’euros en 2021», a confié Renaud Muselier. Pour se donner un point de comparaison, c’est l’équivalent du budget Sport de l’Etat et plus de 15 % du budget Transport de l’Etat.

En 2020, face aux crises sanitaires, économiques et sociales, la Région a adopté un plan d’urgence de relance et de solidarité de 1,4 milliard d’euros dont 700 millions d’euros étaient consacrés aux Transports.

Le 5 janvier 2021, le président Renaud Muselier a signé avec le Premier Ministre le contrat d’avenir 2021-2027 pour 5,1 milliards d’euros dans lequel les transports étaient déjà la première des priorités. Le 23 avril 2021, la Région a voté le Plan climat 2 « Gardons une COP d’avance », dont le premier axe s’articule autour des transports plus propres et plus efficaces. «Le 2 novembre 2021, nous étions la 1ère Région de France à ouvrir à la concurrence, notre service TER avec deux lots représentant 33 % du trafic et 2,3 milliards d’euros sur 10 ans», a souligné Renaud Muselier. Et aujourd’hui, elle signe le protocole de financement de la Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur pour les phases 1&2 pour 3,5 milliards d’euros, dont 560 millions d’euros pour la Région d’ici 2035.

Ce projet de Ligne Nouvelle, c’est d’abord trois mots : fédérateur / exemplaire / utile. «Nous avons pris l’habitude de nous retrouver chaque année en février pour lancer les grands projets ferroviaires de l’année en région Sud», a soulignbé Renaud Muselier. En 2020, c’était pour la 1ère publication d’un avis européen d’ouverture à la concurrence des TER en France. En 2021, c’était pour la signature du 1er plan de sauvegarde des lignes de dessertes fines du territoire en France. En 2022, c’est donc pour la signature du protocole de financement de la Ligne Nouvelle.

Un projet d’une telle ampleur ne peut se faire qu’avec le pilotage et le soutien actif du Gouvernement. «C’est ce que nous avons réussi à faire depuis près de 4 ans», a confié le président de la Région. L’Union européenne va financer 20 % de la Ligne Nouvelle.

Il y a quelques jours, Marseille a accueilli le Forum des mondes méditerranéens à Marseille. «A cette occasion, nous avons présenté le projet de Ligne Nouvelle à des investisseurs. Nous réfléchissons avec eux à de nouvelles formes de financements. Notre Région est reconnue et identifiée sur la carte et nous sommes attractifs grâce à notre stabilité et notre rayonnement», a souligné Renaud Muselier.

Il y a 11 collectivités locales signataires de ce protocole de financement. La Région joue son rôle de chef de file des mobilités avec la participation des trois départements littoraux, des trois grandes métropoles, et des communautés d’agglomération de Draguignan, Grasse, Cannes et Antibes. Cette unité est quasiment unique en France, lorsque l’on voit les autres grands projets ferroviaires comme la liaison Bordeaux-Toulouse ou Montpellier-Perpignan.

La Ligne Nouvelle est issue du projet de Ligne à Grande Vitesse mort-né au début des années 2010. En 2018, avec Christian Estrosi et Elisabeth Borne, alors Ministre des Transports, nous le ressortons des cartons. Cette fois-ci, nous l’orientons résolument vers les trains du quotidien avec cette volonté affichée d’améliorer la part modale du train dans les déplacements et désengorger le trafic routier dans les grandes métropoles.

En moins de 4 ans, nous avons réussi à financer et mener les études, organiser les concertations publiques sur des sujets aussi compliqués que la Cité Bassens, la Vallée de l’Huveaune, La Pauline dans le Var, Cannes La Bocca dans les Alpes Maritimes, lancer l’enquête publique qui s’achève aujourd’hui pour une déclaration d’utilité Publique en 2023 et le début des travaux en 2024. Ce projet à 3,5 milliards d’euros, ne prend pas de retard, malgré la crise sanitaire et des élections tous les ans ! «Je tiens d’ailleurs à saluer le grand professionnalisme du Préfet de Région, Christophe Mirmand, des collectivités locales partenaires et de la SNCF dans ce dossier», a souligné Renaud Muselier.

Dans le cadre de notre Plan Climat 2 « Gardons une COP d’avance », la Région s’est fixée comme ambition d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Aujourd’hui en Europe, 25 % des gaz à effet de serre proviennent des Transports. Et le transport routier représente plus de 90 % des émissions des transports. Il est donc urgent de décarboner le transport routier. «Nous nous y employons notamment avec le déploiement de bornes de recharges tous les 25 kilomètres ou les kits bioéthanol pour les véhicules individuels. Mais il est urgent aussi d’améliorer la part modale du train dans nos déplacements journaliers. Et c’est toute l’ambition de cette Ligne Nouvelle en améliorant l’offre, la régularité et la vitesse des trains entre Marseille – Toulon et Nice», a relevé Renaud Muselier.

Ce sont près de 4 millions d’habitants qui vivent et travaillent sur le littoral de notre région et pour qui le train est une solution d’avenir pour leurs déplacements. L’Autorité environnementalea émis un avis sans réserve. Ce qui est rare sur les projets d’infrastructures de transports ! La Ligne Nouvelle a pour ambition d’améliorer les trains et les Gares utilisés tous les jours par les voyageurs.

Les réalisations prévues dans les deux premières phases de la LNPCA portent sur le réaménagement en surface et création d’une nouvelle gare souterraine à Marseille Saint-Charles. Cela va d’abord permettre à la Métropole et à la Ville de Marseille de réaménager tout le quartier de la Gare. Cela permettra aussi de gagner 15 à 20 minutes de temps de trajet entre Marseille Toulon et Nice. Le temps de trajet en train sera ainsi inférieur à celui de la voiture, encore plus en heure de pointe !

De plus, cela générera la création d’une gare à Saint-Cyr dans le Var et l’aménagement de la Gare de La Pauline. Cela permettra de proposer un véritable « RER toulonnais » avec un train toutes les 15 minutes pour desservir la métropole en heure de pointe mais aussi la création d’une gare TER/TGV à côté de l’aéroport de Nice Côte d’Azur et l’aménagement des voies entre Cannes et Menton. Ce sera la première gare multimodale de France proposant l’accès à la fois au tram, au TER, au TGV et à l’avion. Les autres aménagements permettront de proposer un train toutes les 10 minutes entre Cannes et Menton en heures de pointe.

La Ligne Nouvelle est la colonne vertébrale du réseau ferré de la région Sud. Bloqué entre la Mer et les Montagnes, l’avenir de nos transports passe forcément par cet axe. La Ligne Nouvelle s’intègre également dans une politique régionale des transports plus globale. «Nous sommes par exemple la 1ère Région de France à avoir ouvert à la concurrence l’exploitation de nos TER. Grâce à cette décision, à partir de 2025 et pour un coût équivalent, nous doublerons l’offre de trains entre Marseille, Toulon et Nice et sur les lignes de la Côte d’Azur», a souligné Renaud Muselier.

La Région a mis en place une politique d’abonnement très favorable aux usagers avec le Pass ZOU Etudes, véritable NETFLIX du Transport, qui permet aux jeunes de moins de 26 ans de circuler en illimité sur les réseaux pour 9 euros par mois. Elle a aussi créé le Pass TELETRAVAIL qui permet de prendre le TER 2 ou 3 fois par semaine et ainsi réduire les embouteillages immédiatement. Enfin, pour accélérer la décarbonation de nos transports, elle expérimentera dès 2023 le train à batterie sur la Côte bleue et le train à hydrogène dans les prochaines années sur la Ligne des Alpes.

(Crédit photo: Sébastien Nogier).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

Elections législatives 2022 : début du vote par internet pour les Français de l’étranger

Les Français vivant à l’étranger et inscrits sur les listes électorales consulaires peuvent voter par internet pour le premier tour des élections législatives dès vendredi …

Lire la suite →
A la Une

Le Président Emmanuel Macron sera à Marseille le 2 juin 2022

Emmanuel Macron se rendrait à Marseille le jeudi 2 juin. À 10 jours du premier tour des législatives, le chef de l’État devrait être accompagné …

Lire la suite →
A la Une

Pavillon bleu : un label en pleine ascension

Le nombre de sites, plages ou ports de plaisance, lauréats du label Pavillon bleu a crû légèrement en 2022. Les régions littorales offrent toutefois un …

Lire la suite →