Le magazine de la vie politique

Marine Bernier, une députée des Alpes-Maritimes, défend une proposition de loi sur l’euthanasie

Sept parlementaires dont Marine Bernier, députée des Alpes-Maritimes, portent une proposition de loi controversée créant, sous certaines conditions, un droit à l’euthanasie. Elle sera débattue ce 8 avril à l’Assemblée Nationale, mais les 3.000 amendements déposés compromettent l’adoption du texte.

Ils sont un peu plus de 270 de tous les bords politiques. Des députés au rang parmi lesquels Marine Bernier, élue LR dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes, ainsi que Laurence Trastour députée dans la 6e. Ils veulent un large débat de façon digne et apaisée sur l’évolution de la législation sur la fin de vie et donc sur l’euthanasie.

La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a adopté le 31 avril (contre l’avis du président de la République Emmanuel Macron) la proposition de loi donnant et garantissant le droit à une fin de vie libre et choisie et le débat dans l’hémicycle avec tous les députés est prévu en séance publique le 8 avril 2021.

Une poignée de députés a déposé jusqu’à 400 amendements chacun. En deux jours à peine, le nombre total d’amendements s’élevait déjà à plus de 2.700. Ce texte étant examiné dans le cadre d’une niche parlementaire (journée réservée à l’opposition), il ne pourra être mis au vote et adopté que si l’examen aboutit avant la fin de cette journée. Le doute n’est plus permis : plutôt que d’enrichir le débat, l’objectif de cette minorité est d’y couper court.

Pour elle, il s’agit bien là d’un déni de démocratie, qui émane pour partie de sa famille politique -sur ces 3.000 amendements, 2.300 viennent de députés Les Républicains. Elle souhaite que du temps législatif soit débloqué pour un débat parlementaire indispensable, qui intéresse tous les citoyens.

Le texte du député Olivier Falorni de Charente-Maritime, concerne les personnes atteintes d’une maladie incurable, avec une espérance de vie de moins d’un an, et il ouvre, dit-il, un droit à « l’ultime liberté » de décider d’une mort médicalement assistée permettrait de répondre à une « hypocrisie »: laisser les personnes partir en exil en Belgique ou en Suisse pour y avoir recours, et fermer les yeux sur les « 2.000 à 4.000 » euthanasies clandestines pratiquées chaque année en France « parfois à l’insu des proches » des malades, selon lui.

Jean Leonetti fut ministre, député et médecin. Il est le maire LR d’Antibes et il demeure l’un des spécialistes de la fin de vie. Il est l’auteur d’une première loi sur le droit des malades – loi du 22 avril 2005, publiée au Journal officiel le 23 avril 2005, mettant fin à un acharnement thérapeuthique déraisonnable. Puis il sera le co-auteur d’un deuxième texte à savoir la loi du 2 févier 2016 dite claeys Léonetti.

Cette loi affirme le droit du malade à l’arrêt de tout traitement, elle rend aussi les directives anticipées du malade contraignantes les directives anticipées pour les médecins. Enfin, elle clarifie l’usage de la sédation profonde et continue, jusqu’au décès, en phase terminale.

Pour Marine Brenier, cette sédation profonde suppose la fin des soins curatifs, mais aussi l’arrêt de l’hydratation et de la nutrition ce qui conduit parfois à une longue agonie. Elle rappelle aussi que cette sédation intervient en soins palliatifs, ce qui ne concerne qu’un quart du territoire.

Jean Leonetti n’a pas changé d’avis depuis la loi de 2016. Il demeure opposé à la légalisation d’une aide active à mourir comme en Belgique.Il estime qu’il ne faut ni acharnement thérapeutique ni euthanasie, mais le soulagement de la souffrance des malades en fin de vie. Pour lui, ce texte est proposé au parlement en pleine crise sanitaire, ce qui n’est pas judicieux, et il considère qu’il s’agit d’une mauvaise copie de la loi belge. Il préconise des états généraux pour permettre à tous ls courants de pensée de s’exprimer sereinement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

Le Comité Régional de Tourisme Provence Alpes Côte d’Azur se mobilise pour sensibiliser les visiteurs à l’adoption de comportements responsables en espaces naturels protégés.

Comme l’an dernier, le Comité Régional de Tourisme Provence-Alpes-Côte d’Azur relance une campagne de communication destinée à inciter nos visiteurs à adopter des comportements responsables …

Lire la suite →
Actualités

Laurent Nuñez va succéder à Didier Lallement à la tête de la préfecture de police de Paris

Laurent Nuñez, 58 ans, remplace à la tête de la préfecture de police de Paris Didier Lallement, dont le départ est attendu le 20 juillet. …

Lire la suite →
A la Une

Luberon.fr fédère deux nouveaux offices de tourisme autour de son offre

En mai 2021, Luberon.fr – guide touristique vauclusien lancé en 2013 par l’agence Web UP’nBoost (Pertuis) annonçait son partenariat avec l’Office du Tourisme Destination Luberon …

Lire la suite →