Le magazine de la vie politique

Tournage

Renaud Muselier est catégorique : «Nous ne laisserons personne au bord du chemin!»

Confrontée à la crise sanitaire liée au coronavirus, la Région Sud s’est investie, dès le départ, avec acuité et force pour faire face à cette épidémie. Depuis plus d’un an, Renaud Muselier, son président, n’a pas ménagé ses efforts pour lutter contre cette crise et proposer des réponses concrètes afin d’aider les habitants et les entreprises dans cette terrible épreuve. Entretien exclusif.

IPP: Vous vous êtes mobilisé avec vos équipes et d’une manière générale avec l’ensemble de la collectivité sur tout le territoire. De quelle manière ?

Cette épreuve collective a été l’opportunité de nous retrouver autour de l’essentiel : la santé de chacun, la protection de nos familles et de nos proches, et bien sûr la solidarité de tous dans une bienveillance collective. Sur l’ensemble du territoire régional, nous avons tout mis en œuvre avec les élus de ma majorité, pour être aux côtés des 5 millions d’habitants tout au long de la crise, pendant que les soignants et ceux qui les ont aidés constituaient une première ligne héroïque et exceptionnelle. Dans nos six départements, des salariés essentiels à la vie économique ont poursuivi leur travail, dans des conditions éprouvantes et avec beaucoup de courage.

Partout dans nos 970 communes, nous avons été nombreux à nous astreindre à un confinement souvent difficile, mais essentiel pour la vie sanitaire. C’est pourquoi, dès le 30 mars 2020, nous avons bâti un Plan d’ensemble pour faire face à l’urgence, accompagner la solidarité et déjà planifier la relance de notre économie d’un montant d’1,4 milliard d’euros, afin de venir en aide à toutes et tous. Ce Plan a été pensé pour répondre à la crise dans tous les secteurs. Les soignants et la première ligne ont bénéficié des 10 millions de masques commandés par la Région, de la gratuité des transports régionaux et de primes exceptionnelles pour les stagiaires paramédicaux et les externes.

Nos entreprises ont bénéficié, pour protéger les emplois et sauver notre économie, de 115 millions d’euros de plan d’aide à ce moment-là, mais aussi d’un renfort de la Banque des Territoires et des autres collectivités dans le cadre du Plan régional « COVID-Résistance ». Depuis de nombreuses aides ont été mises en place pour les accompagner. Pour protéger leurs équipes et leurs salariés, nous avions aussi lancé une centrale d’achat qui a permis aux entreprises de commander des masques chirurgicaux. Au total nous en avons fourni 14 millions tout au long de la crise.

Nos agriculteurs ont également pu se saisir d’un plan exceptionnel de 5 millions d’euros, et d’une plateforme en ligne pour rapprocher producteurs et consommateurs locaux. Tout le monde associatif, culturel, sportif, mais aussi l’enseignement supérieur, la recherche et les transports étaient éligibles à des aides de 103,5 millions d’euros pour passer la période de la crise et maintenir leur activité. Dès le début nous avons fait en sorte de ne laisser personne sur le bord du chemin.

IPP: En tant que président de la Région Sud mais également de Régions de France, vous avez joué un rôle moteur avec le plan de relance. Etes-vous satisfait de ce plan ? Pourriez-vous rappeler quels étaient les moyens et l’enjeu ?

Le 28 septembre dernier nous avons signé un accord de partenariat sur le Plan de relance avec le Premier Ministre. Cet accord marque la reconnaissance du rôle pivot que les Régions ont à jouer dans le Plan de relance et il démontre de la confiance que l’Etat nous donne enfin. Nous sommes aujourd’hui de façon claire et définie les partenaires de l’État dans la relance et la reconstruction de notre pays. Nous y avons engagé conjointement 64 M€ pour Provence-Alpes-Côte d’Azur. Pendant toute la crise, nous avons mené un travail intensif, avec Bruno Le Maire notamment, et nous nous sommes accordés sur une première vague d’opérations permettant le développement de projets concrets, mis en œuvre dès 2021.

Il s’agit d’infrastructures en faveur de la mobilité et de la sécurisation d’équipements publics sur l’ensemble du territoire régional. Ces projets s’articulent autour de 3 priorités : l’écologie, la cohésion sociale et territoriale et la compétitivité, pour donner aux entreprises des conditions plus favorables pour développer leurs activités. La relance passera par un binôme Préfet-Président de Région c’est évident. Il n’y a pas de place pour des tuyauteries parallèles mais la concertation est nécessaire.

Pour être prêt dans la relance nous avons également voté un grand Plan de reconquête de l’économie régionale, complémentaire au Plan de relance de l’Etat. 1 200 entreprises ont été consultées, 5 grands chantiers, 18 mesures mises en place, pour 1 milliard d’euros investis sur 2 ans. Nous voulons redonner la capacité d’investissement et d’innovation à nos entreprises, de la productivité et de la compétitivité. Très concrètement cela signifie que nous débloquons 64 M€ pour renforcer leurs fonds propres, nous baissons dès cette année les impôts de production avec 637 M€ d’allègement d’impôt, nous renforçons notre accompagnement à l’international et nous accompagnons la relocalisation d’industries stratégiques. Nous ne laisserons personne au bord du chemin!

IPP+: Au fil du temps, le confinement et les couvre-feux s’enchaînent avec des effets dramatiques pour plusieurs pans de l’économie à savoir les stations de sport d’hiver, le tourisme, la restauration, la culture. Quelle a été votre politique pour atténuer les difficultés rencontrées par de nombreux acteurs ?

Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration représentent à eux seuls : 29 500 salariés, 11 000 non-salariés et 9 000 saisonniers l’hiver. C’est plus de 21 000 entreprises. Les activités touristiques ce sont 143 000 emplois directs, 400 000 indirects et 7 % du PIB au national et 13 % en région sud. Des professionnels qui n’ont aucune perspective sur l’avenir.

Ces filières sont dramatiquement impactées sans connaitre d’issue comme le le thermalisme, les croisières, les guides conférenciers, les discothèques, l’évènementiel, les entreprises organisatrices de voyage … ils sont tous à l’arrêt depuis de longs mois.

Dès le début de la crise nous avons accompagné ces secteurs avec des dispositifs régionaux et en travaillant aux côtés de l’Etat pour débloquer la situation. Pour rappel sur un total de 750 millions d’euros injectés par l’Etat, la Région et ses partenaires ont versé 400 000 aides et ont sauvé 25 000 emplois grâce à nos dispositifs.

Dès le mois de mars 2020 nous avions lancé un plan d’urgence de 6,6 millions d’euros avec un accompagnement des fédérations, un appui structurel à l’offre – notamment création du Fonds COVID Réaction qui permet aux entreprises d’accélérer leur digitalisation et un renforcement des fonds propres des professionnels pour 4 Millions d’€.

Dès l’arrivée des beaux jours nous avons lancé le FRAT-Terrasses, pour que les communes exemptent les cafés, restaurants et bars des droits de terrasses et des redevances plages, pour un montant de 3,5 millions d’euros. Avec un bonus de 10 % sur l’aide aux communes pour celles qui ont exonéré ces commerces pour au moins 6 mois de l’année 2020.

Nous avons également lancé une campagne de communication « On a tous besoin du Sud », qui nous a permis d’accueillir 20 % de clientèle française extra-régionale en plus en Juillet et 29 % en Aout. Dès le mois de mai nous avons mis à disposition des chèques-vacances «au secours du tourisme», dispositif de 13 millions d’euros. Ces chèques d’une valeur de 500 euros à utiliser dans la région Sud pour la 2ème ligne ont permis aux habitants comme aux entreprises de profiter de la haute saison. Au total ce sont 16 000 chéquiers qui ont été distribués directement par la Région.

Et enfin le 1er juillet 2020, nous avons inauguré la 1ère édition de la fête des terrasses, moment convivial et festif pour la région Sud qui a permis à 7 000 professionnels de s’engager dans la démarche et à plus d’1 million de personnes de se réunir après des mois difficiles dans le respect des mesures sanitaires. Nous faisons au mieux pour que le Gouvernement débloque la situation de ces filières impactées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Un salon fédérateur, didactique et passionnant pour les maires de la région Sud

La convention annuelle des maires de la région Sud se tiendra, le 22 octobre 2021, au Palais du Pharo, à Marseille. Son thème sera cette …

Lire la suite →
A la Une

Rénovation énergétique : les professionnels craignent un nombre de passoires thermiques plus élevé que prévu

La Fnaim (Fédération nationale de l’immobilier), l’Unpi (Union nationale des propriétaires immobiliers) et l’association Plurience qui regroupe les treize plus gros acteurs du marché de …

Lire la suite →
Actualités

Le festival Image de ville propose une projection du film L’Étang de Berre de Camille Goujon

Ce projet a pour sujet l’histoire de l’Étang de Berre, en partant de l’observation d’une collection de cartes postales ayant pour sujets les sites industriels …

Lire la suite →