Le magazine de la vie politique dans la région Sud

renaud-muselier-1

Renaud Muselier, une passion pour Marseille

Médecin, très engagé sur la scène politique, Renaud Muselier sera élu conseiller général, Député des Bouches-du-Rhône de 1993 à 2012, Adjoint au maire de Marseille de 1995 à 2008 et Conseiller Régional de 2004-2007. Il préside depuis 2005 la région Sud mais aussi depuis 1998 Régions de France. S’il a exercé des responsabilités nationales et en premier lieu Secrétaire d’Etat délégué aux Affaires étrangères, il voue par dessus tout une passion exacerbée pour sa ville.

Issu d’une famille profondément gaulliste, Renaud Muselier est né le 6 mai 1959 à Marseille. Son père Maurice a été déporté à Dachau pour actes de résistance. Sa mère Sylviane a été décorée de l’Ordre national du Mérite pour faits de résistance. Il est également le petit-fils d’Émile Muselier, amiral des Forces françaises libres, rattachées au Général de Gaulle qui a pris Saint-Pierre et Miquelon et l’a rallié au Général de Gaulle. Il est d’ailleurs l’auteur d’un bel ouvrage intitulé «L’amiral Muselier, le créateur de la Croix de Lorraine» paru en 2000. Renaud Muselier est également le neveu de Géraldine d’Albanie, épouse du dernier roi d’Albanie détrôné par les Italiens en 1932. Médecin de formation, il obtient son doctorat en médecine en 1984 au sein de l’université d’Aix-Marseille. Il est médecin de profession, diplômé en médecine du sport. Il est médecin coordinateur et directeur de la clinique médicale spécialisée Saint-Martin située à Marseille (250 lits pour 2500 patients en rééducation fonctionnelle).

Le goût de la liberté

Acteur local reconnu, Renaud Muselier devient après les élections cantonales de 1992, premier adjoint de Jean-Claude Gaudin, trois ans plus tard lorsqu’il est élu maire de Marseille. Le 18 mars 2008, au lendemain des élections municipales et de sa réélection dans le troisième secteur de Marseille, le premier ministre François Fillon lui propose de revenir au gouvernement mais il décline la proposition pour se consacrer à Marseille. Il est l’auteur d’un magnifique livre sur Honoré Daumier, intitulé «Daumier artiste rebelle, Marseillais frondeur» paru en 2008. En fait, il abandonne la fonction de premier adjoint pour briguer la succession de Jean-Claude Gaudin à la présidence de la Communauté urbaine Marseille Provence le 17 avril suivant. Il est alors battu par Eugène Caselli, le candidat socialiste. Pourtant, il était en théorie mathématiquement assuré d’être élu. «J’ai l’injustice en horreur et un immense besoin de liberté qui me pousse parfois à me mettre dans des situations délicates», confie ce 2e dan de karaté. Cette défaite surprise est considérée comme un sévère camouflet pour celui qui avait permis à Jean-Claude Gaudin d’être reconduit à la tête de la mairie de Marseille en 2008.

Élu député de la 5e circonscription de Marseille en 1993, il occupe le poste jusqu’en 2012. Il a été député des Bouches-du-Rhône de 1993 à 2002 puis de 2007 à 2012. Lors des élections législatives de 2012, il perd son mandat de député de la 5e circonscription au profit de la candidate socialiste Marie-Arlette Carlotti. Le 5 juillet 2012, il annonce qu’il démissionne de la présidence du groupe UMP à la communauté urbaine de Marseille et renonce à être candidat à la mairie de Marseille en 2014. Un an plus tard, il évoque son probable retour en politique, qui se concrétise par sa présence sur une liste aux élections européennes de 2014. Fin 2014, il est désigné tête de liste pour la circonscription Sud est pour les élections européennes.

Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères

Renaud Muselier avait été nommé, sous la présidence de Jacques Chirac, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de 2002 jusqu’en 2005 puis fut ensuite conseiller du Président de la République Jacques Chirac de 2005 à 2007 puis député européen entre 2014 et 2019. En mai 2008, François Fillon, premier ministre de Nicolas Sarkozy, lui propose un portefeuille mais Renaud Muselier le décline pour se consacrer à Marseille.

Membre du parti RPR (dont il est l’un des secrétaire généraux à partir de 1998 et vice-président du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale) puis du parti UMP (membre du bureau politique en 2005), il annonce sa candidature à la présidence du parti RPR le 26 juin 1999 mais se retire ultérieurement. Il est conseiller général des Bouches-du-Rhône en 1992 en remportant le canton de Notre-Dame-du-Mont. Lors des élections départementales de mars 2015 dans les Bouches-du-Rhône, la presse révèle son implication dans la fabrication d’une fausse liste destinée à instrumentaliser le scrutin pour affaiblir la gauche.

Au niveau national, Renaud Muselier a été après ses fonctions ministérielles exercées de 2002 à 2005 entant que secrétaire d’Etat délégué aux Affaires étrangères de 2002 à 2005, président d’euro-méditerranée de 1995 à 2008, puis président du Conseil de l’Institut du Monde Arabe de 2011 à 2013. Dans le cadre des élections présidentielles, il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire française de la droite et du centre de 2016. Il est nommé orateur national chargé des transports. En mars 2017, il renonce à soutenir le candidat LR, François Fillon à l’élection présidentielle.

Fin janvier 2018, alors que Jean-Claude Gaudin effectue son dernier mandat de maire de Marseille, il critique alors ce dernier, estimant qu’il a fait «deux mandats de trop». Cette déclaration est interprétée par certains comme l’expression d’une rancœur, celle de ne pas avoir succédé à l’édile de la cité phocéenne après son deuxième mandat et d’avoir vu en 2008 le poste de président de la métropole marseillaise lui échapper.

Président de la région Sud

Lors des élections régionales de décembre 2015, il est désigné tête de liste dans le département des Bouches-du-Rhône pour la liste d’union de la droite. Celle-ci remporte les élections au second tour et Renaud Muselier est élu président délégué du conseil régional le 18 décembre suivant, aux côtés de Christian Estrosi. Renaud Muselier, succède à Christian Estrosi à la présidence du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Celui-ci ayant démissionné pour redevenir maire de Nice. Renaud Muselier est désigné par les élus de la majorité le 9 mai 2017 pour lui succéder. Il lui succède par interim le 15 mai et il est élu le 29 mai 2017. Renaud Muselier, président du Conseil régional de Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2017 est élu président de Régions de France en remplacement d’Hervé Morin. Créée en 1998, Régions de France est l’institution qui représente les régions et des collectivités assimilées auprès des pouvoirs publics français et des institutions européennes.

JP.E

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Elections : le vote par procuration rendu un peu plus aisé avrec Maprocuration

Avec l’entrée en service de la télé-procédure “Maprocuration” et la possibilité d’être porteur de deux procurations, le vote par procuration est désormais un peu facilité …

Lire la suite →
Actualités

Raymond Bartolini, l’un des prévenus au procés Guérini, est décédé.

Il n’aura pas assisté au résultat du procès le 28 mai 2021. Raymond Bartolini, âgé de 74 ans, l’un des onze prévenus dans le procès …

Lire la suite →
A la Une

Emmanuel Macron va supprimer l’ENA et la remplacer par un “Institut du service public”

Emmanuel Macron a annoncé le 8 avril 2021 qu’il allait “supprimer l’ENA” (Ecole nationale d’administration) pour la remplacer par un “Institut du Service public” (ISP), …

Lire la suite →