Le magazine de la vie politique

TENDRE_ET_SAIGNANT_FORMATS_EXPLOITANTS_FNCF_HALL_PORTRAIT_1080x1920

Tendre et saignant, une comédie intelligente et savoureuse pleine d’acuité sur les métiers de bouche

Le dernier film de Christopher Thomson tendre et saignant interprété par sa compagne Geraldine Pailhas et Arnaud Ducret a été présenté en avant-première le 6 janvier 2022 au cinéma Prado à Marseille. La comédie romantique mettant aux prismes deux univers la mode et la boucherie a séduit un public marseillais conquis à la fois par les qualités du scénario, de la réalisation et l’interprétation des deux comédiens.

A l’heure où les dates de sortie de nombreux longs métrages sont reportées suite à l’avénement du variant Omicron et à l’essor de l’épidémie de Covid 19, la présentation à Marseille d’un film français en avant-première représente un réel événement sur le plan culturel. La présentation du dernier film de Christopher Thomson, comédien scénariste et réalisateur, interprété par son épouse, la délicieuse comédienne d’origine marseillaise Géraldine Pailhas, constituait une exception qu’il convient de saluer.

Aux côtés de Fabrice Roger-Lacan, Christopher Thomson a concocté savamment une comédie romantique très actuelle et fraîche qui reprend fort intelligemment les codes classiques avec deux personnes de deux univers opposés, la mode et … la boucherie. Rédactrice en chef d’un magazine de mode, Charly hérite de la boucherie familiale.

Alors qu’elle s’apprête à vendre la boucherie, suite au décès de son père, interprété par le regretté Jean-François Stevenin qui donne une formidable humanité au personnage, elle rencontre Martial, l’artisan-boucher de son père, bien décidé à se battre pour sauver le commerce. Séduite malgré elle par le charisme de Martial, Charly pourrait être amenée à changer d’avis… Tel est le point de départ du dernier film de Christopher Thomson, le fils de Danielle Thomson qui se révèle manifestement être à la fois un scénariste et un réalisateur de talent. «Je n’ai pas choisi de faire un documentaire mais une fiction qui décrit un univers peu évoqué au cinéma», a t-il confié lors d’une soirée aux côtés de Géraldine Pailhas.

Deux univers distincts

Le film a vraiment pris forme quand un genre s’est imposé, en l’occurrence la comédie romantique, avec l’envie d’aborder un milieu traditionnellement masculin au centre duquel évolue un personnage féminin fort. «Avec Fabrice Roger-Lacan, mon coscénariste, nous avons donc imaginé une femme, Charly Fleury qui navigue dans un univers très contemporain, sophistiqué, très parisien, le journalisme de mode, tout en ayant des racines dans la petite boucherie de quartier où elle a grandi». L’héroïne se réconcilie avec son milieu d’origine et réinvente sa vie en se projetant vers l’avenir avec Martial Toussaint, le boucher qui travaillait avec son père.

Le film est avant tout une histoire de transmission et de réconciliation. C’est aussi une histoire d’amour entre un homme et une femme qui recherchent la meilleure façon de travailler, d’aimer, et de se nourrir. Pour Charly, sa vie c’est son travail, et c’est sa façon d’échapper à ce à quoi elle était prédestinée. De la même façon, Martial est passionné par son métier qu’il cherche à faire évoluer. Au cours de sa trajectoire et son retour aux sources, Charly applique à la boucherie son expertise de la mode et des relations publiques : elle réinvente le métier de son père grâce à celui qu’elle est allée apprendre ailleurs. Comme beaucoup de petits commerces, les boucheries artisanales sont très souvent des affaires de familles. «Leur survie repose fréquemment sur la transmission d’une génération à la prochaine. Cela en fait un cadre intéressant pour aborder des problématiques qui nous touchent tous», a t-il précisé.

Un lieu d’échange

Pour Christopher Thomson, La visite dans une boucherie lorsqu’on observe le soin apporté à la découpe d’une viande, à l’emballage d’un produit, et le mystère des préparations dans l’arrière-boutique, font partie de ces souvenirs. Il y a aussi le lien social que créent les commerces de proximité qui sont un lieu de rencontre et d’échanges, souvent le cœur battant d’un quartier. «Pendant l’écriture, on a beaucoup parlé avec Hugo Desnoyer, artisan-boucher à Paris. Il nous a renseignés sur la manière de sourcer les bêtes, de travailler avec les éleveurs, les abattoirs, et la filière en général. C’est toujours passionnant de s’immerger dans un métier qui possède à la fois ses zones d’ombre et ses artisans et éleveurs qui veulent bien faire».

Le scénario du film a d’emblée séduit la comédienne Géraldine Pailhas. «Avec Tendre et saignant, dès l’écriture, j’étais conquise et je sentais qu’il y avait un terrain de jeu à explorer : le rythme de la comédie, les nuances de la comédie de remariage, avec les obstacles qui jalonnent le chemin de l’amour. On sait comment le film se conclura mais on se réjouit de voir comment se construit le lien entre les deux protagonistes, et les pièges qu’ils vont s’appliquer à éviter tout au long de leur périple. C’était élégant et moderne, délicat mais jamais mièvre, drôle mais profond. Pour moi l’équilibre était parfait». Charly est une jeune femme passionnée par son métier qui a tourné le dos à son passé comme elle d’ailleurs: «J’ai grandi moi-même d’un côté, au sein d’une famille modeste issue de l’immigration italienne, et mon autre grand- père était directeur des Beaux-Arts de Marseille et peintre. Je n’ai pas pour habitude de cloisonner les gens».

Un duo savoureux

Cette délicieuse comédie romantique s’inscrit aisément dans la veine des films classiques réalisés par Howard Hawks et Léo Mac Carey mais aussi de toutes les comédies anglaises et américaines comme Harry rencontre Sally. Cette nouvelle partition avec en filigrane une évocation très réussie sur la filière bovine, les affres du commerce de proximité et les nouvelles méthodes de communication et de commercialisation séduit surtout grâce au talent de ses comédiens, et tout d’abord le formidable duo formé par Géraldine Pailhas, superbe et omniprésente, et Arnaud Ducret, attachant et charismatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Arnaud Bastide prend les rênes de la Fédération des Promoteurs Immobiliers de Provence

Élu le 10 novembre dernier à la présidence de la Fédération des Promoteurs Immobiliers Provence pour un mandat de 3 ans, et succédant à ce …

Lire la suite →
Actualités

Jean-Daniel Beurnier succède à Agnès Grangé à la présidence de KEDGE Business School

Le Conseil d’Administration de KEDGE Business School vient de nommer Jean-Daniel Beurnier à la présidence du Groupe à l’issue de l’Assemblée Générale qui s’est tenue …

Lire la suite →
Actualités

Alpes-de-Haute-Provence : les autocars Payan de Sisteron sur la voie de la transition énergétique

Après l’installation d’une cuve de 20 m³ du nouveau carburant 100% colza français Oleo100 sur le site dignois de la société Payan, permettant à sept …

Lire la suite →