Le magazine de la vie politique

Un rassemblement géant des organisations citoyennes avec l’Ecologie au centre pour 2022

Une réunion a été organisée le 16 octobre à Marseille avec un vaste rassemblement de comités citoyens et écologistes. L’objectif est de peser sur les prochaines échéances électorales de 2022 avec la mise en place d’une confédération de mouvements citoyens et écologistes.

A l’aune des prochaines élections présidentielles en avril 2022, les représentants de plusieurs organisations citoyennes à rayonnement national se sont réunies à initiative de L’Ecologie au centre pour examiner leurs compatibilités à la fois politiques et programmatiques.

En prélude aux présentations, Jean-Marc Governatori, coprésident de L’Ecologie au centre, a tenu à évoquer : «Tout le monde pense que l’événement politique pour 2022, c’est Eric Zémmour. Or nous mettons en avant la création d’une confédération de mouvements citoyens. Notre ambition est de réunir les principaux réseaux citoyens et écologistes. C’est un Podemos à la française.»

il a mentionné les raisons qui bloque du remise en cause du système, et en premier lieu, l’émiettement des organisations citoyennes, l’absence d’incarnation des partis citoyens en France ou le fait que les citoyens n’ont jamais les moyens financiers d’aller les électeurs pour les faire les affiches ou les professions de foi. «Aujourd’hui, nous avons l’objectif de résoudre ces problématiques et d’y arriver pour 2022», a t-il insisté avec vigueur.

Il y avait entre autres :

l’Alliance du peuple

«Notre objectif est de rassembler différents groupes, de mettre en place sur les cantons des familles de cent personnes pour créer des initiatives citoyennes. L’enjeu est notamment de remédier à différents maux comme les étudiants qui se prostituent, les enfants abandonnés», a précisé Bernard Claudel, son représentant.

Ce mouvement politique citoyen qui n’est pas un parti politique entend peser pour réduire les charges sociales, augmenter les salaires, imposer une taxe sur les mouvements financiers.

Il soutient trois initiatives, le projet de réformes des institutions de Valérie Bugault avec le lancement de Groupe d’intérêts, le mouvement citoyen «Ensemble pour les libertés» autour de Martine Wonner, députée, et le collectif Gilets jaunes proposé par Fabrice Marchand, maire d’Ardeuil et Montfauxelles.

– Décidémos

«Nous prônons des statuts démocratiques, des décisions prises lors de référendum et des choix de candidats décidés par les candidats», a souligné Lucas, son représentant.

Ce mouvement défend une démocratie continue, et citoyenne, écologique en actes, honnête et vivante. Son slogan est «Dédidons nous mêmes». Face à l’injustice sociale, elle préconise une démocratie réelle. C’est la population qui décide après un débat informé. L’élu relaye les décisions de la population.

– Démocratie éco-logique

«Notre objectif est de participer à toutes les initiatives citoyennes. Notre ambition est d’avoir un rôle de passerelle pour une mise en réseau des différentes entités avec pour enjeu de réconcilier les Français avec la politique», considère Jérémie Clément, ancien Gilet Jaune.

Forces vives

Nous souhaitons toutes les convergences possibles. Ce sont 220 groupes qui ont d’ores et déjà adhéré. Nous associons tous les citoyens désirant faire changer le système», estime Daniel Schoff, cofondateur du mouvement.

– Génération Citoyen

Il s’agit pour ce mouvement créée à l’origine par Denis Payre et Jean-Marie Cavada de mettre en valeur la société civile avec une ambition majeure la moralisation de la vie politique.

Etaient également présentes différentes entités comme le Mouvement citoyen pour la protection animale représenté par Marielle Pernin, le Mouvement 100% citoyen représenté Eric Lafond, le Mouvement pour une économie basée sur les ressources ou encore Le jour se lève.

Aux côtés de ces organisations, il y avait la présence notable de personnalités politiques qui souhaitent modifier la donne avec de propositions concrètes sur le plan écologique lors de ces prochaines élections.

Née le 14 mars 1971 à Aubervilliers, Salima Yenbou, a grandi à la cité des 3 000 à Aulnay-sous -bois, en Seine Saint-Denis. Enseignante en école primaire, puis directrice d’école, elle a exercé la fonction de principale de collège et jusqu’en 2019 de proviseure adjointe. Elle est membre de l’Alliance écologiste Indépendante a été élue députée européenne en 2019. Elle a intégré le bureau politique de Cap Ecologie, parti issu de la fusion entre l’Alliance Ecologiste Indépendante et Cap 21, à sa fondation en février 2021.

Né le le 28 décembre 1958 à Nice, Jean-Marc Governatori, après une carrière de dirigeant d’entreprises s’est lancé dans la vie politique. Il a coprésidé le parti Alliance Ecologique Indépendante. Il est depuis 2020 conseiller municipal d’opposition de Nice et membre du conseil communautaire de la Métropole Nice Côte d’Azur. Fort d’un score de 5,3% avec la liste L’écologie au centre aux élections régionales Provence Alpes Côte d’Azur, il va présider l’Office Environnemental régional.

Né le 18 octobre 1964, Ghislain Wysocinski est ingénieur de formation ESA et Tuteur de l’école d’ingénieurs pour les 4e et 5e années chez Cesi. Il propose son expertise, ses 28 ans d’expériences en informatique, ses 16 ans d’expérience en encadrement (ressources distantes et hors périmètre culturel) et ses 15 ans d’expérience à l’international également au travers de missions en Management de Transition. Il est conseiller régional Grand Est avec le groupe Les Ecologistes.

L’enjeu est de déterminer un candidat afin d’incarner les objectifs et les ambitions de cette confédération. Les Français ne sont pas prêts selon les représentants des différentes entités à confier le pouvoir à un seul homme pour les élections présidentielles. Il doit y avoir un contrepouvoir citoyen et démocratique. «L’objectif est de ramener de la vie et de la fraîcheur. Nous n’aurions jamais imaginé une telle réunion, il y a cinq ans», a estimé l’un des participants.

Il existe, selon eux, un réel problème de société avec des élus déconnectés de la vie des citoyens.

Le mouvement des Gilets jaunes continue ainsi à exister. «Il a été assassiné à cause d’un black bloc mais les revendications sont toujours justifiées et actuelles», a rappelé l’un des participants.

La confédération, une fois formée en novembre 2021, décidera si elle présentera un candidat ou une candidate à l’élection présidentielle.

Pour autant, elle envisage d’ores et déjà de présenter des candidats aux élections législatives sur l’ensemble du territoire, soit 577 candidats.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
Actualités

Jean-Michel Corillion, un documentariste et explorateur épris des animaux à l’Eden-théâtre le 3 décembre 2021

L’association Les Lumières de l’Eden propose en partenariat avec la Société des Explorateurs français, la projection de deux documentaires de Jean-Michel Corillion le 3 décembre …

Lire la suite →
A la Une

Faut-il des Radicaux pour la République ?

Dans le cadre de la célébration de ses 120 ans, le Parti Radical organise le vendredi 10 décembre de 10h à 12h30 un colloque sur …

Lire la suite →
A la Une

Erilia et Apprentis d’Auteuil inaugureront le 1er décembre 2021 à Toulon la première Résidence Sociale à Orientation Éducative de France.

Frédéric Lavergne, Directeur Général d’Erilia, et Nicolas Truelle, Directeur Général d’Apprentis d’Auteuil inaugureront à Toulon (Var) en présence des autorités locales, la première Résidence Sociales …

Lire la suite →