Le magazine de la vie politique

IMG_5219

Un refuge pour animaux de Mougins doit quitter son terrain : polémique

Ce sont 32.866 signatures qui ont été recueillies sur la pétition lancée par le refuge de l’Espoir qui a l’obligation de partir. Installé à Mougins dans les Alpes-Maritimes, ce refuge va devoir déménager. Le Conseil Départemental n’a pas renouvelé sa convention d’occupation et l’attribue à une autre association.

A Mougins dans les Alpes-Maritimes, le refuge de l’Espoir accueille actuellement 46 chats et 23 chiens, ce qui en fait l’un des plus gros refuges du département. Il est géré depuis 40 ans par la Société protectrice des animaux SPA de Grasse. On y soigne, garde les animaux et les propose à l’adoption.

Depuis le 2 septembre dernier, la SPA de Grasse aurait pu être dans l’illégalité, car elle est sans droit ni titre. Le Conseil départemental n’a pas renouvelé la convention d’occupation du terrain. La nouvelle est tombée, par lettre recommandée. Elle a obtenu un délai de six mois pour trouver un autre site, mais les responsables désirent rester sur place.

Pour le Conseil départemental, la SPA de Grasse n’aurait pas dû, il y a quelques années, sous-louer des boxes pour le gardiennage des animaux trouvés sur la voie publique et placés à la fourrière de Nice. Il a donc préféré attribuer la concession à l’association appeléée ASA 06 (Au Service des Animaux 06).

Le refuge de l’Espoir peut compter sur le soutien emblématique de Brigitte Bardot, l’ex-actrice et présidente de sa fondation éponyme, mais aussi d’Henry-Jean-Servat, écrivain et conseiller municipal de Nice.

 

Le maire de Mougins, Richard Galy et le député des Alpes-Maritimes Loïc Dombreval député qui est aussi vétérinaire et qui a visité le refuge à de nombeuses reprises ne comprennent pas non plus la décision du Conseil départemental et l’ont fait savoir dans une lettre ouverte.

Le refuge de l’Espoir ne laissera pas les animaux sur site et s’il doit partir, il trouvera un autre lieu. Mais il faudra plus de 6 mois pour cela et obtenir d’autres délais. Les salariés (3 personnes sont en contrat à durée indéterminée et une en contrat aidé) sont inquiets mais ils veulent continuer à travailler pour la SPA de Grasse. De son côté, Cécilia Fruleux, qui dirige ASA 06, ne comprend pas “l’hostilité” du refuge de l’Espoir et la mobilisation pour qu’il reste sur site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Un rassemblement extraordinaire du monde du numérique au sommet de la cité phocéenne

La sixième édition de la soirée du Grand Opening organisée par l’association Medinsoft sous l’égide de Stéphanie Ragu, sa présidente, et de son équipe très …

Lire la suite →
A la Une

Alliance Villes Emploi veut peser dans le débat des présidentielles

Insertion, territorialisation, commande publique responsable et transition écologique sont les quatre axes de travail sur lesquels les élus du réseau des collectivités impliquées dans l’insertion, …

Lire la suite →
Actualités

La relance économique, c’est parti avec la région Sud !

François De Canson, Vice-Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur en charge du Développement économique, de l’Attractivité, du Tourisme et de la Prévention des risques majeurs, …

Lire la suite →