Le magazine de la vie politique

Un superbe complexe culturel à l’extrémité de La Canebière signé Jean-Michel Wilmotte

Après plus de deux années d’un chantier complexe, Artplexe Canebière a ouvert ses portes au public le 21 octobre 2021. Outre le cinéma moderne de sept salles avec 996 places, le complexe conçu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, dans lequel se trouve également une brasserie et un restaurant avec terrasse panoramique, offre par ailleurs une programmation attractive sur le plan artistique avec des expositions, des conférences et des concerts.

C’est au 125 La Canebière square Léon Blum que le complexe cinématographique et culturel Artplexe Canebière dévoile son nouveau concept de cinéma de centre-ville nouvelle génération. «Cette inauguration est un moment émouvant. C’est un passage de relais puisque le public peut s’en emparer. Désormais, le cinéma vit sa propre vie», a confié Renaud Tarrazi, président de l’agence MAP qui a assuré l’exécution du projet.

Une grande signature

Imaginé avec brio par le prestigieux architecte Jean-Michel Wilmotte, Artplexe Canebière propose un nouveau lieu de vie composé de sept salles de cinéma avec une programmation à la fois généraliste et art et essai, mais également d’une brasserie Le Blum, en pied de bâtiment, d’un restaurant-bar avec terrasse panoramique Les Réformés, d’un espace lounge dédié aux événements, des surfaces d’exposition au sein du hall magistral et des coursives et d’une offre culturelle associant savamment conférences, concerts live et festivals.

Cette signature architecturale d’un grand nom de l’architecture mondiale s’inscrit dans le cadre des grands projets qui ont été conçus ces dernières années à Marseille comme le Frac par Kengo Kuma, le Mucem par Rudy Ricciotti ou encore L’Ombrière par Norman Foster pour n’en citer que quelques uns. «C’est une belle expérience humaine commencé il y a six ans qui recèle tous les ingrédients d’un projet passionnant et unique», a précisé Ralph Levedag, l’un des collaborateurs de Jean-Michel Wilmotte.

Fondée en 1975 par l’architecte, urbaniste et designer Jean-Michel Wilmotte, membre de l’académie des Beaux-Arts, l’agence Wilmotte et associés réunit à la fois en France, au Royaume-Uni, en Italie, au Sénégal et en Corée du Sud, 250 architectes, urbanistes, designers, muséographes, architectes d’intérieur issus de 21 pays menant plus de 100 projets dans 23 pays. De Dallas à Tokyo, en passant par Genève, Dakar et Sao Paulo, Jean-Michel Wilmotte et ses équipes placent les hommes leurs cultures et leur histoire au cœur de leur créations.

Ses réalisations très nombreuses s’avèrent remarquables le Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe Paris, le grand incubateur de start-up Station F, la Halle Freissinet, métamorphosé en lieu de création, et plus près de nous, l’Alianz Riviéra à Nice, temple du football pour l’équipe azuréenne. Et pour les mois à venir, ce seront, entre autres, le campus de Sciences Po, la gare d’Austerlitz, l’Hôpital américain à Paris ou encore le nouveau centre de performance du Paris Saint-Germain.

A la fois engagé dans la valorisation du patrimoine et résolument tourné vers l’avenir, l’architecte construit, transforme et met en scène avec sensibilité, élégance et générosité. Lauréate de nombreux prix internationaux, l’agence W&A est entrée dans le classement des cent plus grands cabinets d’architecture au monde, selon l’étude réalisée par le magazine anglais Building Design et à présent 56e sur la scène mondiale.

Un suivi de classe

A côté de W&A, concepteur de ce splendide projet, l’agence MAP présidé par le talentueux architecte Renaud Tarrazi, a assuré avec rigueur l’exécution de ce projet fort difficile. «Nous avons été confronté à plusieurs difficultés sur ce complexe réalisé en site contraint avec, tout d’abord, la crise sanitaire et le premier confinement très pénalisant puis les difficultés d’approvisionnement sur certains matériaux», a t-il confié.

Né en 2011, MAP se réorganise depuis en permanence dans le souci d’être le plus près possible des préoccupations de ses maîtres d’ouvrage, sous la forme d’une holding composée de deux unités géographiques fortes : Méditerranée Architecture Partenaires à Marseille pour des opérations Grand sud et Agence Becard Map pour les opérations Ile-de-France et Nord.

C’est en 1995 que Map réalise son premier cinéma. 21 ans plus tard, c’est une vingtaine de projets que Map aura imaginé. Multiplexe moderne ou cinémas art et essai, Map construit toujours ces lieux singuliers avec passion tels que le cinéma Studio Lumière de Vitrolles tout comme celui du Pontet.

Des objectifs définis

L’enjeu alloué pour ce projet d’envergure était tout d’abord de redynamiser le quartier tout en s’inscrivant délicatement dans le tissu urbain, culturel et commerçant, dans le respect de l’identité visuelle du quartier et de son histoire. L’objectif était également de redéfinir l’établissement cinématographique de centre-ville, créateur de lien social. Enfin, il s’avérait indispensable par ailleurs de renforcer l’offre cinématographique de Marseille qui si elle est une des villes les plus filmées de France est pourtant l’une des moins bien équipées.

 

Alors que les cinémas apparaissent les plus souvent opaques voire totalement fermées, Artplexe Canebière est particulièrement ouvert, laissant observer depuis l’extérieur, de jour comme de nuit, son activité intérieure. Il permet de connecter les deux rues qui le bordent, la Canebière et les Allées Léon Gambetta, de renforcer l’attractivité de la place Léon Blum et de reconquérir l’espace public du quartier des Réformés en créant un véritable pôle culturel au cœur d’un site historique.

Fédérateur et ouvert sur la ville, Artplexe Canebière est un bâtiment contemporain, en harmonie avec les édifices se trouvant à proximité, en particulier avec l’église Saint-Vincent-de-Paul connue sous l’intitulé Eglise des Réformés.

La SAS Artplexe Canebière, société d’exploitation qui a construit et exploite le cinéma, collecte les loyers, s’occupe des charges, de la maintenance et de la rentabilité et de l’animation du lieu. Elle est présidée par Philippe Dejust, fondateur du groupe Cap Cinéma qui fut le 4e opérateur français avec 23 cinémas, plus de 160 écrans, implantés dans 19 villes. Fin 2017, Cap Cinéma a été vendue à CGR, excepté les cinémas de Blois et de Marseille.

Aujourd’hui, le cinéma, l’art et la restauration sont les trois composantes du triptyque de ce lieu d’un genre nouveau qui devrait devenir indubitablement le rendez-vous phare des marseillais.

Un cocktail gagnant

Sur quatre niveaux distincts, Artplexe Canebière comprend à la fois :

  • sept salles de cinéma pour un total de 996 places répartis entre les niveaux 1 et 3

  • un brasserie de plain-pied appelé Le Blum qui s’ouvre sur une terrasse de plain-pied

  • un restaurant au 4e étage avec terrasse panoramique Les Réformés et son espace événementiel situé au niveau 3 en face de la plus grande salle

  • un hall d’accueil avec les caisses et la confiserie équipé pour accueillir les expositions temporaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Arnaud Bastide prend les rênes de la Fédération des Promoteurs Immobiliers de Provence

Élu le 10 novembre dernier à la présidence de la Fédération des Promoteurs Immobiliers Provence pour un mandat de 3 ans, et succédant à ce …

Lire la suite →
Actualités

Jean-Daniel Beurnier succède à Agnès Grangé à la présidence de KEDGE Business School

Le Conseil d’Administration de KEDGE Business School vient de nommer Jean-Daniel Beurnier à la présidence du Groupe à l’issue de l’Assemblée Générale qui s’est tenue …

Lire la suite →
Actualités

Alpes-de-Haute-Provence : les autocars Payan de Sisteron sur la voie de la transition énergétique

Après l’installation d’une cuve de 20 m³ du nouveau carburant 100% colza français Oleo100 sur le site dignois de la société Payan, permettant à sept …

Lire la suite →