Le magazine de la vie politique

DSCN5299

Un vibrant plaidoyer conjoint pour la tolérance et la laïcité

Le Mouvement associatif Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Fondation du Camp des Milles ont signé, le 6 avril 2022, dans l’amphithéâtre de ce lieu symbolique, une convention bipartite instaurant une action d’engagement politique contre le racisme, l’antisémitisme et les radicalisations. Après la signature, un séminaire a été organisé sur le thème «La Laïcité au cœur du mouvement associatif» avec la présentation de deux ouvrages didactiques et passionnants «Le livre géant de la laïcité» et «Vivre libre !», tous deux conçus avec brio par Jean-Michel Aupy, directeur général des éditions Hors Pistes.

Mieux vivre ensemble

Depuis toujours, le mouvement associatif porte sa réflexion et ses actions en faveur des champs de la vie associative, de la jeunesse et de l’éducation populaire. «Nos actions prioritaires portent autour de l’engagement, de la mobilité, du mieux-vivre ensemble, de l’égalité, de l’émancipation et de l’intérêt général», a souligné Yannick Gallien, son président. Dans la région, il fédère tous les secteurs d’activité et les plus grandes têtes de réseaux. Il représente une association sur deux sur les 134 000 associations existantes.

La présence du Mouvement associatif au Mémorial du Camp des Milles symbolise indéniablement le fait que la vie associative est un lieu quotidien d’exercice de la démocratie. «C’est un formidable tremplin vers l’épanouissement et le vivre-ensemble. Nous pouvons nous exprimer, être pour ou contre une position, voter», a rappelé Yannick Gallien, à la tête de ce mouvement né il y a douze ans.

Il a évoqué la genèse de ce site unique au monde de mémoire, porteur d’émotion. Et il n’a pas manqué d’évoquer le climat actuel : «L’insupportable est toujours là aujourd’hui avec l’assimilation de l’étoile jaune et du pass sanitaire.» Et il a évoqué toute ambivalence de la situation actuelle avec un contexte international préoccupant. «Et si Poutine attaque la Pologne? Nous ne sommes pas loin des faits retracés dans ce lieu et tout proche de la bascule. La démocratie est sur une ligne de crête ascendante et à tout moment le délitement démocratique peut susciter un basculement», a t-il confié.

Un haut lieu de mémoire

La Fondation du Camp des Milles est un établissement sans but lucratif, reconnu d’utilité publique. Elle a pour mission d’aménager les espaces et les bâtiments de l’ancienne tuilerie, devenue entre 1939 et 1942 camp d’internement et de déportation, pour en faire un lieu de Mémoire et d’Histoire au service de l’éducation citoyenne et de la culture. «Nous avons également des activités d’accueil des publics, d’information et de formation, de culture, de recherche et de coopération internationale», a précisé Alain Chouraqui, président de cette entité depuis dix ans.

Cette journée a revêtu un caractère fortement symbolique avec la signature d’une convention entre le Mouvement associatif et la Fondation du Camp des Milles. «Ce qui nous réunit aujourd’hui, ce sont des valeurs démocratiques, l’animation de la vie civique et citoyenne, la volonté de susciter une réflexion et de proposer des moments d’échange sur les sciences humaines», a confié Alain Chouraqui.

La citoyenneté, un enjeu réel

Auteur du superbe ouvrage appelé «Le vertige identitaire», le président de la Fondation souhaite avant tout que l’on tire les leçons de l’expérience collective. Il s’est interrogé fort intelligemment sur la façon dont basculer une démocratie. «Nous avons une mission mémorielle unique en France. Nous nous trouvons dans le seul camp français encore préservé en France et en Europe pour sensibiliser les publics au fléau de l’identité», a t-il précisé. Alain Chouraqui a rappelé que le président Jacques Chirac a reconnu la responsabilité de l’Etat français pendant cette période de conflit et a souligné la difficulté récurrente de regarder la mémoire. «C’est un centre dédié en premier lieu à la citoyenneté. C’est un projet unique au monde», a t-il souligné.

Et il a tenu à rappeler : «Nous devons porter un regard pluridisciplinaire et inter génocidaire. Notre démarche a été dès l’origine historique mais elle est surtout citoyenne», a affirmé Alain Chouraqui dans ce lieu intact. «Notre action doit porter sur la conservation de ce site de la manière la plus rigoureuse possible», a t-il invoqué.

Pour Frédéric Rosmini, ancien député européen, ancien président de la Fédération Léo Lagrange, la charte du mouvement associatif est essentielle. «Nous avons vocation à redonner goût au débat public. Nous devons rendre plus visible encore la mission d’éducation populaire. Nous avons vocation à faire de la politique car la République est en danger et il nous incombe de jouer un rôle majeur de sensibilisation du public à la citoyenneté».

La laïcité, une priorité pour l’Education nationale

Temps fort de cette journée, la présentation de deux superbes ouvrages dédiés à la laïcité, tout d’abord Le grand livre de la laïcité puis Vivre libre. Dessinateur très talentueux, Jean-Michel Aupy qui résidait auparavant à Paris n’a pas pu rester insensible au lendemain des tragiques événements de Charlie Hebdo. «J’ai décider de me pencher sur ces questions et d’éditer un livre agrémenté de dessins pour expliquer la laïcité au plus grand nombre et en particulier au milieu scolaire», explique t-il.

Après cette expérience remarquable qui a séduit également le milieu sportif et le monde de l’immobilier, Jean-Michel Aupy s’est lancé dans un autre projet tout aussi pertinent appelé Vivre libre! «Nous avons conçu un nouvel ouvrage, avec toute une équipe et en particulier Rodrigue Coutouly, chef d’établissement scolaire et conseiller technique au Rectorat de l’Académie d’Aix Marseille et Evelyne Bechtold, inspectrice philosophie des académies d’Aix Marseille, de Nice et de Corse, afin d’apporter des réponses claires aux questions que se pose légitiment le public

Ce lieu symbolique du Camp des Milles est loin d’être étranger pour Rodrigue Coutouly. «Nous avons l’habitude de travailler avec l’équipe du Camp des Milles. C’est un lieu porteur de mémoire et de terreur. Nous avions établi un partenariat le octobre 2000 entre le Camp des Milles et l’Education nationale. A l’issue de la réunion, nous avions appris que Samuel Paty avait été assassiné».

Le travail éblouissant entrepris avec Jean-Michel Aupy résulte en fait d’un véritable constat pour Rodrigue Coutouly. «Les collègues ne manquent pas de courage mais d’un véritable outil permettant d’aborder les choses simplement avec tous les élèves. Les enseignants sont souvent démunis». Constat partagé par Evelyne Bechtold qui a également mis en exergue le judicieux travail réalisé par l’équipe d’enseignants sous l’égide de Jean-Michel Aupy : «Chaque page est une fiche. Cet opus composé de fiches pratiques s’avère un livre ludique, très didactique car chaque fiche donne matière à réflexion et, qui plus est, fort agréable à regarder.»

Trés fièrement, Jean-Michel Aupy n’a pas manqué de rappeler que cet ouvrage a reçu des mains de Marlène Schiappa, ministre déléguée à la citoyenneté, le prix République pour la laïcité en 2021.

Une leçon d’humanisme

A l’issue de la présentation de ces livres sur la laïcité, Yannick Gallien qui se définit pourtant comme libertaire, a rappelé: «Ce qui nous rassemble est l’humanisme. Ce qui est fait ici, c’est la traçabilité de l’Histoire. L’objectif est d’éviter que cela recommence et de donner des perspectives.»

De son côté, Hervé Liberman, président du CROS et conseiller régional, s’est déclaré fier d’être présent à cette journée. «Les élections se suivent et se ressemblent. La bête immonde arrive. Le mouvement associatif s’est uni et œuvre conjointement pour des valeurs communes

A son tour, Marc Pouzet, président du CESER, était très ému par les qualité des propos et très honoré de participer à cette journée très dense. «Nous devons avoir un sens profond de l’engagement. Le militantisme est redevenu d’actualité. La société civile doit se mobiliser pour véhiculer des valeurs de tolérance, de laïcité, de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Nous ne devons pas baisser la garde avec pour seul objectif de bien vivre ensemble

Enfin, le jeune expert comptable, Cyrille Blint, récemment élu conseiller départemental délégué à la laïcité et à la promotion des valeurs républicaines, entend prendre à bras le corps ces questions. «Dans le cadre du premier budget voté en 2022 par le conseil départemental, nous avons développé plusieurs actions. Nous avons tout d’abord diffusé le livre réalisé avec le Rectorat auprès de 192 collèges publics et privés du département mais également auprès de différents centres pénitentiaires et en particulier à celui de Luynes et son quartier des mineurs. Notre objectif est d’être en lien constant avec les collectivités et les institutions. Je félicite les différentes associations pour leur travail au quotidien en la matière.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents
A la Une

Approvisionnement en électricité : un décret donne le feu vert à une reprise d’activité des centrales à charbon

C’était l’une des mesures de la fameuse loi pouvoir d’achat pour répondre à un besoin exceptionnel lié à un contexte non prévisible, eu égard à …

Lire la suite →
Actualités

Le Geres et l’Ademe proposent un guide de bonnes pratiques pour les entreprises et collectivités en matière de compensation carbone

La France s’est fixée l’objectif d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Cet objectif se traduit par un engouement des acteurs publics et privés autour …

Lire la suite →
A la Une

Requalification des centres anciens : quelle dynamique pour les espaces publics ? L’exemple d’Apt

L’association Envirobat BDM organise la troisième rencontre de l’EnviroFORUM le 12 octobre de 9h30 à 16h à La Micro-Folie, Les Romarins, rue Cély, à Apt …

Lire la suite →