Le magazine de la vie politique

babouin-chef

Une expérience fait naître des conventions sociales entre babouins

Une expérience fait naitre des conventions sociales entre babouins

Une équipe de recherche du CNRS et d’Aix-Marseille Université vient de mettre en évidence que les membres d’un groupe de babouins peuvent établir des conventions sociales entre eux. Ici, en se mettant tous d’accord sur la manière de résoudre un problème pour obtenir plus rapidement une récompense. C’est la première fois que de telles conventions sont étudiées expérimentalement chez une espèce animale. Les résultats de ces travaux novateurs sont publiés dans Philosophical Transactions of the Royal Society B le 13 décembre 2022.

Se faire la bise, se serrer la main, ou s’incliner peuvent être trois manières de se dire bonjour ou au revoir. Il s’agit d’une convention sociale : connue de tous les individus d’un groupe, elle permet d’adresser rapidement ses salutations. Ainsi, les conventions facilitent la résolution des «problèmes» de coordination rencontrés fréquemment par le groupe, en fournissant des solutions efficaces, stables dans le temps et arbitraires.

Mais le principe de conventions n’est pas propre à l’espèce humaine, comme le prouvent pour la première fois les résultats de l’expérience menée à la Station de primatologie de Rousset du CNRS par les chercheurs du Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/Aix-Marseille Université). Confrontés à un dispositif requérant la coordination de deux individus, des babouins de Guinée ont établi des règles communes à tout le groupe en trois jours environ.

La tâche proposée aux babouins était la suivante : deux images différentes étaient sélectionnées aléatoirement parmi un ensemble d’images et étaient présentées via des écrans à deux singes. S’ils voulaient être récompensés, les babouins devaient choisir la même image. Il n’y avait donc pas une seule réponse possible à l’expérience, mais plusieurs. Les individus devaient décider entre eux de la solution au problème, en s’accordant sur les choix à faire.

Rapidement, les singes ont développé une organisation hiérarchique des images : par exemple, ils se sont accordés sur le choix du carré rose lorsqu’il était présenté avec un carré bleu clair, tandis qu’ils choisissaient le carré jaune en regard d’un carré rose ou d’un carré bleu clair. Lorsque les deux singes ne pouvaient plus se voir, la performance globale du groupe n’a quasiment pas été affecté. Ce qui suggère que les babouins n’utilisaient pas simplement une stratégie d’imitation pour résoudre ce problème, mais s’étaient coordonnés sur ces choix.

Ces conventions entre babouins sont stables dans le temps, efficaces, et arbitraires étant donné que le choix des images n’était pas imposé. Elles respectent donc les trois caractéristiques propres aux conventions sociales humaines. Les scientifiques appellent à observer autrement les groupes de primates non-humains dans la nature afin d’y détecter de telles conventions.

. Se faire la bise est un exemple de convention sociale pour se dire bonjour ou au revoir.

. Des scientifiques ont étudié pour la première fois l’émergence de conventions sociales chez des

primates non-humains.

. Les babouins peuvent en effet également établir des conventions entre eux pour résoudre un problème et obtenir une récompense.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Arnaud Bastide prend les rênes de la Fédération des Promoteurs Immobiliers de Provence

Élu le 10 novembre dernier à la présidence de la Fédération des Promoteurs Immobiliers Provence pour un mandat de 3 ans, et succédant à ce …

Lire la suite →
Actualités

Jean-Daniel Beurnier succède à Agnès Grangé à la présidence de KEDGE Business School

Le Conseil d’Administration de KEDGE Business School vient de nommer Jean-Daniel Beurnier à la présidence du Groupe à l’issue de l’Assemblée Générale qui s’est tenue …

Lire la suite →
Actualités

Alpes-de-Haute-Provence : les autocars Payan de Sisteron sur la voie de la transition énergétique

Après l’installation d’une cuve de 20 m³ du nouveau carburant 100% colza français Oleo100 sur le site dignois de la société Payan, permettant à sept …

Lire la suite →