Le magazine de la vie politique

Une nouvelle donne pour le rail dans la région Sud

La Région Sud a acté, lors de son assemblée plénière le 28 octobre 2021, l’ouverture à la concurrence des trains express régionaux. Les conseillers régionaux de l’opposition se sont déclarés opposés à cette mesure.

L’ouverture du rail à la concurrence est désormais concrète dans la région Sud qui est à présent pionnière en la matière. Elle se traduit par l’apparition à l’horizon 2025 d’un nouvel opérateur Transdev pour l’exploitation et l’entretien de la ligne Marseille-Toulon-Nice. «C’est une étape historique», a déclaré Renaud Muselier, président de la Région Sud.

Renaud Muselier, président du Conseil regional

Le président de la Région avait dès 2016 lancé l’idée d’une ouverture à la concurrence, idée qui avait été validée en son temps par le Rassemblement national.

A présent, les conseillers régionaux de la majorité ont voté pour cette action qui est une première en France. «Nous allons sans que cela coûte plus cher aux usagers, réduire les retards et les annulations», a souligné Renaud Muselier.

Dans trois ans, Transdev codétenue par la Caisse des Dépôts à 66% et Rethmann à 34% exploitera pour un contrat à 653,5 millions d’euros une nouvelle politique ferroviaire. L’objectif sera de passer de 7 à 14 allers-retours quotidiens, d’accroître la ponctualité de 93 à 97,5% tout en installant 16 rames neuves achetées par la Région et en augmentant la présence humaine.

Cette politique suscite l’inquiétude des cheminots: «Nous les avons rencontrés et les avons rassurés en expliquant que le train est notre priorité», a expliqué Jean-Pierre Serrus, vice-président délégué aux transports.

Jean-Pierre Serrus, vice-président délégué aux transports

Personne ne doit s’inquiéter pour l’élu LREM d’une privatisation. «Ce lot remporté par Transdev ne représente que 10% de l’offre ferroviaire. De son côté, le président Renaud Muselier a déclaré que la Région suivra de très près l’application de la loi concernant la reprise des personnels.

L’autre lot qui concerne les lignes autour de Nice pose moins de difficultés car l’appel d’offre a par contre été remporté par la SNCF. Pour autant, l’opérateur doit s’engager dès 2025 de 69 à 120 allers-retours par jour et doit faire preuve d’exigence supérieures en termes de ponctualité. Les travaux s’avèrent considérables sur un réseau particulièrement vétuste.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents
A la Une

Arnaud Bastide prend les rênes de la Fédération des Promoteurs Immobiliers de Provence

Élu le 10 novembre dernier à la présidence de la Fédération des Promoteurs Immobiliers Provence pour un mandat de 3 ans, et succédant à ce …

Lire la suite →
Actualités

Jean-Daniel Beurnier succède à Agnès Grangé à la présidence de KEDGE Business School

Le Conseil d’Administration de KEDGE Business School vient de nommer Jean-Daniel Beurnier à la présidence du Groupe à l’issue de l’Assemblée Générale qui s’est tenue …

Lire la suite →
Actualités

Alpes-de-Haute-Provence : les autocars Payan de Sisteron sur la voie de la transition énergétique

Après l’installation d’une cuve de 20 m³ du nouveau carburant 100% colza français Oleo100 sur le site dignois de la société Payan, permettant à sept …

Lire la suite →